06/11/2007

Chiens dangereux

Article 1er:  Le Règlement de Police est amendé comme suit:

 

§1.  Dans le cadre du présent article, il y a lieu de considérer les différentes catégories de chiens comme suit:

 

Catégorie 1 : les chiens issus des races ou de croisements des races suivantes:

-           

American Staffordshire terrier, English terrier, Pitbull terrier, Fila brasiliero (Mâtin brésilien), Tosa inu, Aktita inu, Dogo argentino (Dogue argentin), Bull terrier, Mastiff, Ridgeback rhodésien, Dogue de Bordeaux et Band Dog ou Rottweiler.

 

Catégorie 2 : les chiens qui n'appartiennent à la catégorie 1.

 

§ 2. 1° Il est interdit, sur le territoire communal d'acquérir ou de détenir un chien de la catégorie 1 ;

 

2° Par dérogation au § 2, 1°, Toute personne domiciliée ou résidant sur le territoire communal qui à la date d'entrée en vigueur du présent règlement détient un chien de catégorie 1 sera tenue:

a) d'en déclarer la détention auprès de l'administration communale au plus tard 30 jours après l'entrée en vigueur du présent article;

b) d'obtenir du Bourgmestre un permis de détention délivré sur base d'une attestation favorable de suivi d'une formation et d'éducation de son chien auprès d'un centre agréé de dressage, renouvelable annuellement;

c) de laisser visiter les lieux de détention et de respecter les dispositions qui s'imposent pour éviter toute divagation;

d) de fournir annuellement à l'administration communale, la preuve d'une assurance couvrant sa responsabilité civile en cas d'accident;

e) d'entourer la propriété où séjourne le chien de barrières ou de tout dispositif suffisant pour empêcher que les utilisateurs de la voie publique qui seraient amenés à longer ladite propriété ne soient menacés par les chiens en question;

f) en cas d'infraction, en plus de l'amende administrative, le Bourgmestre pourra retirer l'autorisation accordée.

3° Tout propriétaire, détenteur ou gardien d'un chien de la catégorie 1 est tenu de lui faire porter une muselière conforme et de le tenir en laisse courte (moins de deux mètres) dans tout lieu public ou privé accessible au public.

4° Tout détenteur d'un chien de catégorie 1 à l'entrée en vigueur du présent règlement devra se soumettre aux dispositions prévues aux paragraphes 3 et 4.

§ 3. Pour les chiens de la catégorie 2 :

1° L'accès est interdit aux chiens notamment dans les cimetières et en tout lieu public signalé par le pictogramme de couleur blanche avec un bord rouge et une silhouette noire représentant un chien ou tout pictogramme similaire.

Exception est toutefois accordée aux aveugles ou aux handicapés accompagnés de leur chien.

2° Dans les zones habitées, les chiens doivent être tenus en laisse.

Dans les zones non habitées, l'usage de la laisse n'est pas imposé pour autant que l'animal reste sous le contrôle total de son maître ou gardien, et ce sous leur seule responsabilité.

3° Il est interdit sur le domaine public d'abandonner des animaux à l'intérieur d'un véhicule en stationnement s'il peut en résulter un danger ou une incommodité pour les personnes ou pour les animaux eux-mêmes;

4° Il est interdit sur le domaine public de se trouver avec des animaux dont le nombre, le comportement ou l'état de santé pourraient porter atteinte à la sécurité publique;

5° Il est interdit d'emprunter les transports en commun avec un chien non muni d'une muselière;

6° Tout chien se trouvant en tout lieu accessible au public doit pouvoir être identifié par puce électronique ou tatouage. Tout chien non identifié sera considéré comme errant;

7° Tout chien errant sera saisi aux frais du contrevenant et dirigé vers un refuge ou tout autre endroit propre à l'accueillir. Si dans les quinze jours de la saisie, le maître ne se présente pas au refuge, le chien sera considéré comme abandonné et remis à l'organisme hébergeant. La récupération du chien par le maître n'est autorisée que moyennant l'identification préalable par puce électronique ou tatouage conforme à l'Arrêté ministériel du 2 mars 1998 et paiement à l'organisme hébergeant des frais d'hébergement du chien;

8° Il est interdit d'utiliser un chien pour intimider, incommoder, provoquer toute personne ou porter atteinte à la sécurité publique, à la commodité de passage et aux relations de bon voisinage ;

9° Il est interdit de provoquer des combats de chiens, d'entraîner ou de dresser dans tout lieu public un chien à des comportements agressifs;

10° A l'exception de ceux utilisés par les services de secours et de sécurité, le port de la muselière est obligatoire pour tout chien, qui se trouve ou circule dans tout lieu public ou privé accessible au public, pouvant constituer un danger potentiel pour autrui en raison de ses attitudes comportementales et/ou caractérielles agressives, ou de sa sélection ou d'antécédents agressifs dont il aurait fait preuve.

11° Il est défendu de mettre un chien de garde à l'attache. S'il n'est pas tenu à l'intérieur d'un bâtiment fermé ou dans une propriété clôturée, il doit obligatoirement être tenu dans un enclos de 4 m2 minimum de superficie et entouré d'un treillis suffisamment haut et rigide pour que le chien ne puisse le franchir ou se blesser;

§ 4. 1° Le non-respect, par tout propriétaire, gardien ou détenteur d'un ou plusieurs chiens des injonctions qui lui sont données par un fonctionnaire de police dans le cadre du § 2 et du § 3, 4°, 8° et 9° entraînera d'office l'identification et la saisie du ou des chiens concernés et ce aux risques et périls du propriétaire, gardien ou détenteur.

2° Les chiens estimés dangereux par un fonctionnaire de police ou qui ont présenté une menace pour un tiers pourront être examinés par un médecin-vétérinaire à la demande du Bourgmestre afin d'envisager les mesures adéquates à prendre à leur égard. Dans les cas de dangerosité grave constatée par le médecin-vétérinaire et sur avis de ce dernier, le Bourgmestre peut imposer l'euthanasie du chien.

3° En cas d'avis favorable du médecin-vétérinaire visé au 2° moyennant une ou des conditions, par exemple le port obligatoire de la muselière, l'obligation de tenir le chien dans un enclos, un écolage de socialisation du chien dans un centre agréé, selon des modalités qui seront chaque fois précisée, le Bourgmestre prendra un arrêté individuel motivé fixant les obligations particulières du maître;

4° Lorsque la saisie administrative du chien s'impose et que l'animal est féroce ou s'il est impossible ou dangereux de le saisir, il pourra être abattu sur place.

5° Le médecin-vétérinaire visé au § 4, 2°, 3° et 5° est désigné par le bourgmestre.

6° Les frais liés à l'examen par un médecin-vétérinaire seront à charge du propriétaire.

§ 5. 1° Dans les zones habitées, les accompagnateurs doivent procéder à l'enlèvement des déjections de leur animal.

2° Il est interdit d'attirer, d'entretenir et de contribuer à la fixation d'animaux errants tels que chats, chiens, pigeons ou autres oiseaux, en leur distribuant de la nourriture sur la voie publique de manière telle qu'elle porte atteinte à la salubrité ou à la sécurité publique, ou à la commodité de passage.

3° Il est interdit de capturer les pigeons errants ou bagués sauf si cette capture est effectuée par des personnes ou organismes habilités par le Bourgmestre.

4° Il est interdit de circuler avec des animaux, sur la voie publique, sans prendre les précautions nécessaires pour les empêcher de porter atteinte à la commodité de passage et à la sécurité publique.

5° Il est interdit de faire circuler des animaux non domestiques sur la voie publique sans autorisation préalable et écrite du Bourgmestre.

En toute circonstance, toutes les mesures utiles doivent être prises pour rester maître des dits animaux et éviter les accidents ou toute nuisance.

6° Il est interdit de faire passer ou laisser passer des bestiaux, animaux de trait, de charge ou de monture, sur le terrain d'autrui, quand ce terrain est chargé de récoltes.

 

B. modification de l'article 113, § 1er, du Règlement général de police afin d'y insérer les amendes suivantes:

-  Pour une infraction à l'article 41, §2, une amende de 100 à 250 euros;

-  Pour une infraction à l'article 41, §3, une amende de 60 à 250 euros; ·

-  Pour une infraction à l'article 41, §5, une amende de 20 à 100 euros;

-  Pour une infraction à l'article 106, § 1 er, une amende de 40 à 250 euros;

-  Pour une infraction à l'article 46, une amende de 40 à 250 euros.

 

C. modification l'article 113, § 1er, du Règlement général de police afin d'y insérer l'article 30 dans les articles pouvant faire l'objet d'une médiation réparatrice.

 

 

09:43 Écrit par Jean PIRSOUL dans Flash Infos | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook |

Commentaires

chien dangereux Le reglement de police est severe par rapport a certaines races de chiens.
Il serait preferable que :
-tous les chiens de n'importe quelles categories passent un test de sociabilite dans un club canin reconnu par la saint-hubert
-de sensibiliser les propriétaires de chien a avoir un control parfait de leur animal dans n'importe quelles conditions.
-d'obliger et de verbaliser les proprietaires qui ne tiendraient pas leur chien en laisse dans les zones habitées (laisse courte)
-obliger tous les proprietaires à faire reconnaitre son chien (tatouage ou puce)et de pouvoir fournir les vacinations obligatoires.

Écrit par : alain volant | 06/11/2007

Article de Vers l'Avenir Le nouveau règlement communal de police pose question. Déjà amendé à Jodoigne, il sera sur la table du conseil communal d'Orp ce lundi.
Le sujet n'a pas fini de diviser. Les édiles communaux, eux, se tirent les cheveux. En cause, le règlement de police sur les chiens dangereux. Un règlement valable sur la zone de police Jodoigne-Perwez, autrement dit, outre ces deux communes-là, Hélécine, Ramillies et... Orp-Jauche. Où le point figure à l'ordre du jour du conseil communal de ce lundi soir. Car, c'est la loi, le règlement de police doit être voté dans chaque commune séparément.
Si les secrétaires communaux se sont longuement réunis avec des vétérinaires au cours de ces derniers mois pour concocter un règlement homogène, cela n'a pas suffi à créer l'apaisement. Pas plus tard que la semaine dernière, au conseil communal de Jodoigne, deux amendements étaient votés. Le premier abrogeait la stérilisation des molosses, le second reportait leur suivi administratif de six mois à un an. Cela, il faut le noter, suite à des réactions diverses relayées par l'opposition cdH.
À Orp-Jauche, ces débats ont été suivis avec attention. Durant le congé de Toussaint, en l'absence d'Hugues Ghenne (PS), c'est l'échevin des Travaux Henri Bauwin (PS) qui était bourgmestre ff. «Dans les différentes communes, commence Bauwin, nous sommes tous d'accord sur un point : il faut que la police adopte un seul comportement sur toute la zone. L'homogénéité est une nécessité. À ma grande surprise, le règlement a déjà été remanié à Jodoigne. Où Jean-Paul Wahl, bourgmestre-président de la zone de police, a précisé que la liste des chiens dangereux pourraient s'allonger.»
Le débat n'est donc pas clos. Ni à Jodoigne, ni ailleurs.
«Lors du conseil communal de ce lundi, continue Henri Bauwin, deux attitudes sont possibles par rapport au règlement. Soit on l'adopte dans sa forme première, quitte à l'amender par la suite, soit on le présente en conseil dans une forme légèrement revue.»
Ce qui laisserait la possibilité, comme à Jodoigne, d'allonger la liste des chiens potentiellement dangereux. Une liste dans laquelle pourraient figurer le dogue de Bordeaux ou le berger allemand. Bauwin nuance toutefois : «Il ne faut pas oublier, comme nous l'a déjà écrit un vétérinaire, qu'un petit chien méchant mal éduqué peut faire plus de dégâts qu'un molosse obéissant. Mais j'insiste : les propriétaires de chiens devraient, eux aussi, recevoir une instruction adéquate.»
Le hasard faisant bien les choses, un nouveau centre canin va s'installer à Folx-les-Caves (lire par ailleurs). Ce sera incontestablement un plus pour les maîtres comme pour les chiens.

Écrit par : Jean PIRSOUL | 06/11/2007

"Délit de sales gueules et atteinte à la liberté individuelle de propriété": Avis de deux vétérinaires éthologistes:
En ce qui concerne la liste des chiens dits "dangereux",il n'y aucun critère scientifique ou de comportementaliste pour établir que les chiens mentionnés sur votre liste sont plus dangereux que d'autres. Par exemple, les bergers allemands, les malinois,les bouviers, les dobermans, etc...sont aussi potentiellement dangereux ou ayant la dent facile puisque utilisés par la police.
Par contre ,statistiquement les morsures les plus fréquentes recensées dans les hôpitaux sont causées par les labradors, suivi des bergers allemands !
Tout animal est potentiellement dangereux et même certains chats n'hésitent pas à griffer ou à mordre pour se défendre, occasionnant des maladies graves comme la bartonellose ("maladie de la griffe du chat" pouvant entraîner la mort par septicémie).
L'interdiction de détention de "chiens dangereux" est non fondée car il y a de multiples raisons pour lesquelles un chien peut mordre; le comportement que l'humain a par rapport à tout animal peut déclencher une réaction.
Les 25 ans d'expérience en médecine vétérinaire de Luc peut attester que l'agressivité est très rare chez les animaux en général et que les chiens mentionnés de votre liste ne sont pas dangereux sauf exception.
Par contre des mesures de précautions par rapport à des chiens musclés telles que le port d'une muselière de promenade et pas de contention dans les lieux publics,une clôture suffisante pour contenir le chien dans sa propriété et peut-être l'évaluation de sociabilisation chez un vétérinaire ou dans un centre d'éducation canine nous semblent nécessaires.
L'évaluation de la sociabilisation d'un chien n'est pas nécessaire semestriellement car le caractère d'un chien est stable à partir de 2 ans. Une stérilisation ne modifie pas le comportement sauf chez le jeune mâle où elle diminue l'expression de sa sexualité comme le marquage urinaire, les aboiements, etc
Avis de deux citoyens:
Il est grave d'interdire...c'est un glissement de la démocratie vers la dictature!
Prendre ce genre de décision porte atteinte aux gens responsables.
L'abolition du droit de propriété est une dérive que nous ne pouvons accepter.
Deux vétérinaires qui aiment les animaux et les humains.
Luc et Anne-Marie Olders.

Écrit par : Luc et Anne-Marie Olders. | 06/11/2007

Chiens dangereux Quel beau sujet ! Permettez-moi d'y mettre mon petit grain de sel.

Trouvez-vous normal de légiférer en ce qui concerne la détention d'armes ! Oui ? Alors vous trouverez tout à fait normal de légiférer en matière d'animaux dangereux. Mais ne vous méprenez pas : l'arme n'est pas dangereuse en soi. C'est son utilisation qui peut l'être.

Alors, un règlement ? Oui, mais visez juste : pensez surtout à l'éducation des maîtres.

Proscrire les comportements irresponsables, éviter les situations dangereuses, maîtriser son compagnon, le connaître mais surtout anticiper ses réactions. C'est, je pense, la combinaison gagnante. Il en découlera naturellement des comportements sains : tenir son chien en laisse, lui mettre une muselière, voire ne plus choisir d’animaux dangereux. Rêvons même : ne plus le laisser déposer ses cadeaux sur les trottoirs ! (mais bon, là je pousse probablement le bouchon un peu loin).

Cette façon de faire éviterait de nous entrainer petit à petit sur le chemin étroit de la démocratie facile, faite d’interdits, qui aboutit immanquablement à la complexification de nos lois et règlements. Optez donc pour une démocratie responsable.

Alors messieurs, mesdames, la "baballe" est dans votre camp.

Écrit par : Thierry Engels | 06/11/2007

Chiens "dit" dangereux - Question au Conseil Communal Monsieur le Bourgmestre,
Mesdames et Messieurs les Echevins,
Mesdames et Messieurs les Conseillers,
Monsieur le Bourgmestre va vous proposer d’adopter la modification de l’art. 41 du RGP de la zone de Jodoigne. A la lecture de cette proposition, vous constaterez qu’un certain nombre de dispositions sont soit contraire aux constitutions belge et européenne, qui garantissent le droit à la propriété privée, soit elle outre passe l’art 135 de la nouvelle loi communale qui régit le pouvoir de police. Ce pouvoir de part cet article est limité aux lieux et bâtiments publics. La police ou tout autre agent n’a donc, sauf sous l’ordonnance d’un magistrat, pas le pouvoir pour intervenir dans une propriété privée.
La législation assimile le chien à un bien, une marchandise. Les législations belge et européenne garantissent la libre circulation des biens et des personnes. Ce statut de marchandise confère à tous citoyen le droit à la propriété privée. Le pouvoir communal n'est donc pas compétent pour orchestrer une saisie (sauf cas de flagrant délits et d'insécurité publique imminente et tangible). Il y a jurisprudence puisque la commune de Dinant a déjà été condamnée pour cela.
Au nom du respect des libertés individuelles, cibler des citoyens propriétaires de chiens de certaines races reprises dans une liste, sans fondement scientifique, est purement vexatoire, téméraire et discriminant. Une fois encore, notre constitution protège le citoyen de ce genre d’abus sans fondements.
Si une liste devait être utilisée, seule la classification éditée par la Fédération Cynologique Internationale (organisation reconnue par 87 pays dont la Belgique) devrait être retenue.
A la lecture de ces quelques lignes, je souhaite vous poser les questions suivantes.
Monsieur le Bourgmestre, pourquoi proposez-vous une réglementation qui va à l’encontre de certaines lois fondamentale et libertés individuelles de notre pays ?
Pourquoi créez-vous un sentiment d’angoisse supplémentaire auprès de la population alors que la presse s'en charge déjà à outrance?
Pourquoi proposez-vous une réglementation qui d'ors et déjà est sujette à caution et qui semble avoir peu de résistance devant un recours auprès des juridictions administratives compétentes ?

Et enfin, lors d’une interview accordée au journal Publi Informations du 26 octobre, Mr Wahl déclare « nous n’avons heureusement jamais eu de problème de ce genre dans la région ». Ma dernière question sera : pourquoi faites vous un procès d’intention à tous les propriétaires détenteurs d’un chien des races stigmatisées ?
Merci d’avance pour vos réponses. Eric MARIT

Écrit par : MARIT Eric | 07/11/2007

Chiens "dit" dangereux / Réponse à M. Pirsoul Bonsoir,

Je vous remercie pour votre promptitude à répondre à mon mail. Inutile de vous dire que les points que vous soulevez sont bien opportuns et ne peuvent être contestés.

Prenons quelques aspects que semble ne pas tenir compte la zone de police de Jodoigne lorsqu’elle demande d’adopter la modification de l’art. 41.

1. La proposition de faire tenir les chiens en laisse et de faire porter une muselière, sans distinction de race, peut être une bonne proposition. Une dérogation pouvant être donnée aux chiens qui ont passé un test de sociabilité dans un centre reconnu par la FCI (Fédération Cynologique Internationale). Il n’est pas indispensable de faire passer ce test chaque année. Celui-ci devant être passé un fois que le chien à atteint l’âge adulte et ensuite à l’occasion de plaintes ou de constats. Imposer ce test à tous les chiens aura certainement comme effet bénéfique que les maîtres prendront plus leur chien en main et surtout qu’ils fréquenteront un club d’éducation reconnu.
2. Vous parlez de chiens et d’enfants au sein des familles. Vous devez avoir le courage d’aller jusqu’au bout de votre politique. Ma proposition n’est pas de sortir une liste de races de chiens d’une improbable concertation avec des vétérinaires dit spécialisés. Il y aurait lieu de reprendre la classification de la FCI et ainsi au niveau Fédéral de décider, par exemple, que tous les chiens des groupes I et II de plus de 25 kg seront concernés par certaines obligations. Par exemple, le port de la muselière ou encore l’obligation de mettre des clôtures de 2 mètres etc. Vous allez me demander » pourquoi les groupes I et II ? » Dans la catégorie I sont repris tous les chiens de berger et de bouvier sauf les bouviers suisses et dans la catégorie II les chiens de type Pinscher et Schnauzer, Molossoïdes, Bouviers suisses. Tous ces chiens ont un potentiel réel de mordre et de tuer lorsqu’ils ne sont plus sous contrôle. Pour preuve, la police utilise le berger malinois, qui pèse de 25 à 45 kilos. Il a une capacité d’attaque incroyable. Dans cette catégorie figure aussi le berger Kuvasz, 45 à 90 kilos, réputé comme excellent chien de garde et de police. Tous ces chiens ont un potentiel de morsures pouvant faire de gros dégâts. Dans la catégorie II vous retrouvez le Schnauzer géant, 30 à 40 kilos, c’est un agréable chien de famille qui aime les enfants. D’une vigilance de tous les instants, incorruptible, méfiant envers les étrangers, excellent gardiens. Ce chien demande beaucoup de fermeté. Ces chiens pourtant ne sont pas repris dans la « farfelue » liste de Jodoigne. Pourquoi ? Mon analyse est que les hommes politiques veulent se protéger derrière un règlement qui diabolise certaines races mais ils n’ont pas le courage d’y inclure toutes celles à haut potentiel. La fronde populaire serait trop difficile à tolérer.
3. Le règlement prévoit qu’il est nécessaire de déclarer les chiens à l’administration communale. Ignorez-vous que tous les propriétaires de chien doivent déjà identifier et déclarer leur chien à l’ABIEC. L’administration communale pourrait s’arranger pour obtenir la liste de tous les chiens qui séjournent sur son territoire. Ainsi, elle aurait une information globale, elle serait dégagée de devoir organiser l’élaboration de ce registre et cela lui évitera de le maintenir à jour. Vous me direz que tous les maîtres ne le font pas ! D’accord, mais c’est une minorité de réfractaires et de toute manière, s’ils ne le font pas pour l’ABIEC, il est très probable qu’ils ne le feront pas pour les beaux yeux de la commune. De plus, ficher un chien ne changera pas au fait qu’il passe à la morsure ou non. S’il passe à la morsure il sera connu … donc quid du bien fondé de créer un fichier communal.
4. Le Bourgmestre ne peut intervenir dans le domicile privé (comme dans les voitures) sans qu’un magistrat donne mandat à un officier de police.

Je vous invite à initier, avec les parlementaires MR, une réflexion au niveau Fédéral pour une réglementation ambitieuse. A 500 mètres de mon domicile, je me trouve sur le territoire de Hannut ou de Lincent. Là, d’autres règles sont prévues. Je souhaite que le débat puisse prendre de la hauteur. Edicter un règlement dont le seul but est d’être une fenêtre publicitaire, ne protègera jamais un enfant d’une morsure de son chien.

J’invite également les parlementaires à concerter les clubs de races, les comportementalistes canins, les éducateurs canins, éleveurs respectueux des races etc. pour définir une législation responsable et digne de ce début de siècle. Prenez l’initiative de vous renseigner en Suisse pour savoir de quelle manière ils abordent ce problème.

Pourquoi n’incluez-vous pas, dans la liste « farfelue » de Jodoigne, le brave Golden qui est, d’après les services de traumatologies des hôpitaux, le responsable du plus grand nombre de morsures subies dans le cercle familial ?

La nouvelle loi sur les armes n’empêche pas les meurtres ! Interdire maintenant ces quelques races et dans quelques temps d’autres prendront leurs places auprès de maîtres et d’éleveurs irresponsables. Souvenez-vous des « une » il y a 30 ans. Il n’était pas question du Rottweiler ou du Pitbull mais bien de Berger allemand.

Enfin, pourquoi faire des règles qui sont illégales ? En qualité de mandataire politique, vous vous devez d’être le garant des lois et des Constitutions de la Belgique et de l’Europe.

Je reste à votre entière disposition si d’aventure, vous souhaitez prolonger le débat.

Bien à vous,

Eric MARIT

Écrit par : MARIT Eric | 07/11/2007

Chiens dangereux ou politiques démagogues Tout ceci n'est que pure démagogie. Si vous interdiser les voitures rouges dans votre commune, plus aucun enfant ne risquera un accident avec une voiture rouge c'est certains ...

La Commune outre passe ces compétences.

un propriétaire sain de ce que vous appelez un monstre et élu communal également.

Heureusement des communes réfléchissent encore aux actes qu'elles posent et n'essaye pas de régir d'autorité la vie de gens qui ont encore le sens du civisme.

Comme pour la loi sur les armes, qui c'est mis en ordre, hormis les gens honnêtes ? Votre réglement ne changera rien si ce n'est une ingérance insupportable dans les libertés individuelles de tous citoyens. Concernant les armes et la loi rigoureuse en vigueur depuis peu, on tue encore des boulangers, à mon avis ils ont oubliés par inadvertance de rendre ou de déclarer leurs armes. Le publique que vous voulez viser pour les chiens fera de même.

Donc à part vous mettre des électeurs à dos (il y a 1.500.000 chiens en Belgique) vous n'allez rien régler du tout.

Il est encore temps d'y voir clair, réveillez-vous.

Écrit par : Olivier Cornélis | 07/11/2007

Chiens dangereux et humains irresponsables ! Comment peut-on dire que certaines races de chiens sont plus dangereuses que d'autres ? Pour pouvoir affirmer ce genre de théorie aberrante, il faut prouver sa compétence en la matière ! Or, je ne pense pas qu'un comportementaliste canin fasse partie du conseil communal ! Tout comme le racisme, c'est la peur qui fait agir de manière totalement irresponsable ! Interdire certaines races de chiens ne fera qu'augmenter le nombre d'abandons de chiens et la suite malheureuse qui en découle ! En tant qu'humain responsable, lorsque l'on acquiert un chien, il faut en mesurer les conséquence et l'éduquer de manière optimale ! Devrait-on aussi interdire les ados dangereux ? C'est le même principe ! Tout n'est qu'une question d'éducation tant de l'animal que de l'enfant, alors Messieurs, réveillez vous et arrêtez de tout vouloir réglementer sans savoir de quoi vous parlez !

Écrit par : Vanhaute Myriam | 20/01/2008

Les commentaires sont fermés.