30/11/2007

Orp-Jauche

Chancre nettoyé de force

La Région et la Commune se sont accordées pour faire nettoyer le terrain de Jean-Pierre Hubert à Folx-les-Caves. Aux frais de ce dernier.

Folx-les-Cave s, hier matin : l'église du village vient de sonner dix coups. Sept policiers débarquent, place de Folx-les-Caves. Il ne s'agit pas d'arrêter un dangereux truand. Non, non... Simplement de remettre un peu d'ordre sur un terrain privé.

Depuis le 11 octobre 2006 et la décision de la cour d'appel de Bruxelles, Jean-Pierre Hubert savait que la Région risquait de débarquer un jour ou l'autre pour nettoyer son terrain, puisqu'il s'y refusait. La décision de justice est pourtant claire : déchets, mitrailles, conteneur et caravane n'ont rien à faire dans le centre de Folx-les-Caves.

Région et Commune se sont donc mises d'accord pour nettoyer l'endroit aux frais du propriétaire. «Nous procéderons à des exécutions forcées à chaque fois qu'une décision de justice nous y autorisera sans qu'aucun recours ne soit plus possible» explique le ministre wallon de l'Aménagement du Territoire, André Antoine.

Dans le cas présent, malgré la décision de la justice, Jean-Pierre Hubert refusait de nettoyer son terrain. Il estimait que c'était à la Région de le faire. Lorsqu'il a été averti que cela serait fait de manière forcée, le propriétaire du chancre a pris les devants : «J'ai déjà embarqué tout ce qui avait de la valeur» claironnait-il hier matin, entre deux instructions à l'adresse des ouvriers communaux à l'ouvrage. «C'est bien, je vais avoir de la place pour stocker mon fumier» prévenait-il, en outre, alors que l'entrepreneur mettait les voiles avec un conteneur. Désormais, la mitraille appartient à ce dernier. Cela servira à régler une partie de la facture. Le reste de la note devra être réglé par Jean-Pierre Hubert.

Des sept policiers, deux avaient déjà quitté les lieux. Il est vrai que tout se passait sans encombre. Mais il vaut mieux prévenir que guérir. «On ne sait jamais comment les gens vont réagir quand on vient pour une exécution forcée», estime Luc L'Hoir, juriste de la Région wallonne qui se souvient avoir été accueilli plus chaudement à Nivelles au moment de faire démonter une terrasse, Grand-Place.

Rien de tout cela ici. Les représentants de la Région wallonne pouvaient quitter Orp-Jauche tranquillement. Il n'est pas impossible qu'ils y reviennent très vite. Deux autres propriétaires sont dans le viseur de la Région et de la Commune.

Arnaud HUPPERTZ

 

Les collectionneurs de muselets à Noduwez

Le placomusophile Bernard Collin donne rendez-vous aux amateurs de muselets ce dimanche 2 décembre à Noduwez.

Un placo musophile collectionne les muselets, petites plaquettes en métal ornant les bouchons des bouteilles de champagne et de mousseux. Bernard Collin, de Noduwez, les collectionne depuis l'âge de 8 ans. «Mes parents m'avaient emmené visiter les champagnes Tintinger à Reims. À la fin de la visite, j'ai reçu deux muselets, un jaune et un vert. Je les ai trouvés très beaux et j'ai décidé de commencer ma collection...»

Aujourd'hui, Bernard Collin possède plus de 4 000 muselets différents (et 15 000 doubles). «J'ai 900 muselets génériques qu'on trouve sur divers champagnes. Le reste, ce sont des muselets spécifiques à des marques de champagne français et à des mousseux américains, sud-africains, tchèques, allemands, portugais... J'ai aussi des collections sur le cyclisme, sur les hommes politiques, sur Mozart, sur Jules Verne, etc.»

Impossible de répertorier tous les muselets même s'il existe des catalogues, où on leur donne une cote - non financière - qui va de 0,80 à 2 500. Le muselet le mieux coté : une capsule à languettes de Paul Roger datant de 1923. «Moi, mon muselet le plus coté est une reproduction d'un Renoir sur un champagne Senez.»

Comment trouver ces muselets ? «Il y a les brocantes, les réunions de collectionneurs, internet, les copains aussi. Et même je fouille parfois les poubelles... Mes prochains objectifs comme collectionneur seront de classer mes plus beaux muselets par thème et de tenter d'avoir au moins un muselet de chaque pays du monde. Lorsque je serai prêt, je me lancerai alors dans des expositions de mes pièces.»

Les clubs de collectionneurs sont nombreux en Flandre occidentale, mais rares en Wallonie.

«Il y a quelques collectionneurs en Brabant wallon. Notre bourse d'échanges de ce 2 décembre est organisée par des collectionneurs wallons. On en a déjà organisé trois autres à Nil-Saint-Vincent, Namur et Spy. À Noduwez, on doit s'attendre à la présence d'une centaine de collectionneurs belges, mais aussi étrangers.»

Pour le grand public, l'intérêt d'une telle journée? «Découvrir la beauté de ces petites plaques en métal. Et pourquoi pas se lancer dans une collection ? Lors de la journée, il sera aussi possible de goûter divers champagnes.»

Dimanche 2/12, de 9h à 16h, à la buvette du football de Noduwez. Renseignements : 0474/85 71 48.

 

Orp: succès pour les achats groupés de mazout

Un succès total. Depuis 2004, Geoffrey Fadeur invite les habitants d'Orp-Jauche à faire des commandes groupées de mazout.

Conseiller com munal à Orp-Jauche, Geoffrey Fadeur a lancé son opération de commande groupée de mazout en 2004 à la suite de la flambée des prix de ce carburant de chauffage. «J'ai lancé cette opération à titre privé et tout à fait bénévolement. En 2004, 2005 et 2006, je faisais deux commandes groupées par an. Une centaine de foyers participait à cette opération.»

Depuis février 2007 et la nouvelle flambée folle des prix du mazout sur le marché, Geoffrey Fadeur a été forcé d'augmenter le nombre de ses commandes. Aujourd'hui, il organise des commandes groupées toutes les deux semaines.

«Depuis le début de cette année, 823 foyers ont déjà fait ces commandes groupées. Les réductions sont énormes et varient entre 50 et 100 euros pour 1000 litres. Lors de la dernière commande du 16 novembre 2007, la réduction a été de 62 euros pour 1000 litres et 41 foyers en ont profité.»

Mais comment profiter de ces commandes groupées pour les Orp-Jauchois à qui elles sont uniquement réservées ? «C'est très simple. Il y a des formulaires dans la plupart des commerces de l'entité. Il suffit de les remplir et de me les renvoyer au 39 de la rue Jules Hagnoul à Orp-le-Grand en précisant son adresse exacte, son numéro de téléphone et le nombre de litres souhaité.»

Lorsque Geoffrey Fadeur possède toutes les commandes, il contacte alors les vendeurs de mazout du Brabant wallon pour une remise de prix et choisit le moins cher d'entre eux en tenant compte aussi de la qualité du produit. «Je contacte alors par téléphone les acheteurs potentiels pour qu'ils me confirment par écrit leur commande. Ils sont alors liés par contrat. Je fournis ensuite leurs coordonnées au livreur choisi qui prend contact avec eux pour fixer la date de la livraison. Les acheteurs sont tenus de payer à la livraison.»

Pas seulement du mazout

Mais Geoffrey Fadeur ne se contente pas des commandes groupées de mazout. «Je fais aussi dans les mêmes conditions des commandes groupées de bois de chauffage mais seulement deux fois par an car il y a moins de personnes qui utilisent ce genre de combustible. Dans quelques mois, je compte bien me lancer aussi dans des commandes groupées de gaz en bonbonne et d'électricité du moins si j'ai assez de temps pour tout faire car c'est un énorme travail d'organisation.»

0479/32 63 95.

 

13:57 Écrit par Jean PIRSOUL dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

bonjour votre site est tres bien.je suis allé a l ecole communale chez vous. je voudrais bien retrouver mes photos d ecole et du centenaire de cette ecole.mon nom est gourmand joseph

Écrit par : call | 15/06/2013

Les commentaires sont fermés.