13/01/2008

Orp-Jauche

 

Article paru dans le journal "Vers l'Avenir".

 

Assainir la Petite Gette : l'IBW a franchi le Rubicon et introduit un permis d'urbanisme relatif à la construction d'un collecteur.

 

Un peu d'eau bleue à l'horizon, c'est bon pour le moral. Or l'épuration de la Petite Gette et de ses nombreux affluents n'est plus un vague projet. Les procédures viennent de débuter. Mais ne soyons pas d'un optimisme déraisonnable. «Ce sera assez long, prévient Jean-Marie Tricot, de la Cellule Contrat de Rivières. Mais nous sommes sur la bonne voie pour avoir un collecteur fin 2009.»

L'enquête publique s'est ouverte le 10 janvier, mais une autre procédure est en cours : l'IBW contacte différents propriétaires concernés. «En vue des emprises en sous-sol, précise Charles van Mechelen, gestionnaire des acquisitions à l'IBW. L'étape suivante sera la délivrance du permis d'urbanisme.»

 

Le chantier devrait durer une grosse année. «Il faudra aussi songer à installer une station d'épuration à Maret, ajoute Jean-Marie Tricot. Elle recevra à la fois les eaux du collecteur de la Petite Gette à Orp et celles du collecteur de la Bacquelaine à Lincent.» Des travaux, eux, plus rapides.

 

Bref, tout cela devrait être au point vers 2010. À quel prix? «La note ne sera pas salée pour les habitants de la commune, détaille Pierre Sondag (Écolo), échevin de l'Environnement. L'IBW paye pour les voiries et le collecteur. Nous payerons pour le raccordement des égouts existants vers le collecteur. Mais comme les réseaux d'égouttage de la commune sont plutôt bien installés...»

À la Cellule Contrat de Rivière, on n'attend pas la suite des événements pour autant. Non seulement une journée d'information est proposée aux partenaires impliqués, et un préprogramme est à l'étude.

 

«Il sera signé en mars prochain, prévient Jean-Marie Tricot. Il couvre la période 2008-2010. Vingt-sept actions sont prévues. Parmi celles-ci, en 2008, nous tenterons de sensibiliser les communes à la problématique des herbicides et travaillerons sur le règlement de police relatif aux déchets verts. Trop souvent, à cause de la négligence ou de la paresse de certains, on retrouve le produit de leur tonte au ruisseau...»

 

Marc WELSCH

 

11:09 Écrit par Jean PIRSOUL dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.