31/01/2008

Orp-Jauche

Article paru dans le journal "Vers l'Avenir"

 

Le budget 2008 a été voté en conseil mardi soir. L'impôt sur les personnes physiques reste à 8 %, mais l'impôt foncier est en nette augmentation.

Les propri étaires ne vont pas rire. En cause, un saut de la taxe additionnelle au précompte immobilier qui passe de 1900 à 2300 centimes. Les recettes communales vont en être augmentées de 192 007 €. Les propriétaires verront leur impôt sur un revenu cadastral moyen de 1 000 € augmenter d'environ 70 €. Pourquoi ?

C'est Henri Bauwin (PS), l'échevin du Budget, qui a eu la redoutable tâche de faire boire la tasse à l'assistance. Certes il y est allé diplomatiquement, expliquant que la commune croule sous les charges : salaires indexés, coûts de l'énergie en hausse, augmentations des traitements des mandataires ou encore frais d'élimination des déchets.

Pour Bauwin, malgré le fait que la tutelle presse toujours plus les communes, la sienne n'est pas atteinte de rage taxatoire. Une projection dans la salle Jaumotte en a fait la preuve par comparaison. «Notre impôt sur la personne physique est déjà élevé, argumente Bauwin. Pas question d'y toucher. De plus, l'IPP frappe tout le monde et a beaucoup plus d'impact négatif sur les petits salaires. Ce n'est pas le cas de l'impôt foncier.» Et d'ajouter que le précompte immobilier est proportionnel à la valeur des biens immobiliers de chacun.

L'argument a fait bondir l'opposition par la voix de Jean Pirsoul (MR). «Cette taxe est injuste, a-t-il dit. Vous prétendez qu'elle ne touche pas tout le monde. Et le petit pensionné qui a économisé toute sa vie pour se payer sa maison ?»

S'en est suivie une bataille de chiffres. Pirsoul avance que la commune dépense 800000 € de plus que l'an dernier. À quoi ? À des dépenses qu'il estime mal calculée. Ainsi est-il prévu de recruter du personnel. «Ces personnes, avance Pirsoul, ne seront opérationnelles que le 1er juillet. Vous auriez dû compter une demi-année au lieu d'une année entière.»

Ce à quoi Pierre Sondag (Écolo), l'échevin de l'enseignement, répond que huit équivalents temps plein ne coûteront que 14000 € en plus. Et que, parmi le personnel recruté, il y aura un conseiller en énergie destiné à... faire réaliser des économies à la commune.

Pirsoul sort alors un autre argument en se tournant vers le bourgmestre Hugues Ghenne (PS). «Dans Vers l'Avenir (notre édition du 25/1), vous dites que des travaux vont avoir lieu dans quatre écoles. Avec quel argent ?» À quoi le mayeur répond que Pirsoul a mal lu, et qu'il était écrit qu'il faut construire des écoles. Que c'est là son objectif. «Mais prévoyez-le, alors ! tonne Pirsoul. Ce n'est pas au budget.»

La conclusion du bourgmestre honoraire est claire : il faudra à nouveau augmenter les impôts dans le courant de la législature.

Le budget a été voté, majorité contre opposition.

Marc WELSCH

16:00 Écrit par Jean PIRSOUL dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

30/01/2008

Orp-Jauche

Extrait du journal "La Dernière Heure"

La résidence Malevé trouve des solutions pour améliorer sa situation

MARET Mai 2004. La résidence Malevé, à Maret (Orp-Jauche), étrennait ses nouvelles installations, passant de 20 à 60 lits après quatre ans d'importants travaux d'aménagement. Trois et demi plus tard, les conséquences de cet investissement restent d'actualité.

"La Résidence doit rembourser trois millions d'euros d'emprunts", concède d'emblée Alain Gossia, président du conseil d'administration depuis août 2007 et la transformation grâce au chapitre XII de la loi organique sur les CPAS de l'Intercommunale des oeuvres sociales Eugène Malevé (IOSEM) en association Eugène Malevé. "Si la gestion journalière est en positif, il nous reste les charges du passé, lourdes à supporter. En fait, il aurait été nettement moins cher de faire du neuf plutôt que de construire en fonction des anciens bâtiments. Maintenant, nous devons vivre avec..."

Mais, apparemment, pas de quoi craindre de devoir mettre la clef sous le paillasson. Selon Alain Gossia, les signes encourageants existent... et se concrétiseront prochainement pour certains. À commencer par l'obtention de 30 lits MRS (maison de repos et de soins) qui remplaceront la moitié des 60 lits MR qui sont tous occupés pour l'instant. Soit des recettes qui augmenteraient via les subsides de l'Inami.

"Ce n'est plus qu'une question de formalités administratives pour que ces places promises par l'ex-ministre régional Paul Magnette deviennent réalité", prévient le président, qui pense aussi à ajouter huit lits dans une des ailes. "Ce ne sera pas pour demain. Mais nous avons des raisons d'espérer. Le dossier sera d'ailleurs introduit pour fin mars au plus tard."

Enfin, à plus long terme, d'autres pistes existent. Un centre de jour ? Vraisemblablement pas, vu le coût de ce genre d'offre. Une résidence-service, alors ? Idéalement, oui.

Reste à trouver les fonds. Un partenariat public-privé ne serait alors pas à exclure. Au contraire de la vente des terres appartenant encore à l'association qui gère la résidence, des terres qui, au fur et à mesure des années, ne cessent de prendre de la valeur. "L'Intercommunale a déjà beaucoup vendu dans le passé", estime Alain Gossia. "Jusqu'à nouvel ordre, c'est terminé."

Geoffroy Herens

 

18:31 Écrit par Jean PIRSOUL dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

25/01/2008

Orp-Jauche

Articles extraits du journal "La Dernière Heure"

 

Un dossier de rénovation attend l'accord et les fonds du Petit patrimoine wallon

 

ORP-LE-PETIT Remettre en état le pilori d'Orp-le-Petit ? Voilà qui devrait effrayer plus d'un malandrin. Mais pas de panique : si l'office du tourisme d'Orp-Jauche (OTOJ) veut redonner une seconde jeunesse à ce monument actuellement placé dans la prairie attenante au Château rose, c'est uniquement dans un but de sauvegarde et de remise en valeur du patrimoine local. C'est que ce genre de poteau, où étaient autrefois exposés les délinquants et autre condamnés sous l'Ancien Régime, on n'en trouve quasi plus en Wallonie.

 

"Sur l'entité, il y en avait trois", rappelle le général e.r. Pierre Genotte, de l'OTOJ. "Celui de Jauche, toujours existant mais invisible car dans la propriété privée qu'est le château sis sur la place. Un deuxième, qui était sur la place de Maret. Mais il a disparu, peut-être dans les fondations de la ferme qui a aujourd'hui laissé place à la résidence Malevé. Et, enfin, celui d'Orp-le-Petit."

Une urgence pour le sauver

 

Ce dernier a bien du mérite à rester dressé. D'où la volonté de l'OTOJ de lui rendre une seconde jeunesse. "Il y a urgence si on veut le conserver", estime-t-on à l'office du tourisme communal, qui a par ailleurs déjà trouvé les artisans capables d'effectuer une restauration dans les formes. Tout dépendra donc du Petit patrimoine populaire wallon. Un organe régional qui délivrera ou non les précieux subsides nécessaires à la réfection et au déménagement du pilori.

 

"Nous avons quelque espoirs", avoue Pierre Genotte, qui a participé à l'élaboration du dossier envoyé au PPPW. Une série de documents et de données factuelles qui ont permis de découvrir que les deux parties du monument ne datent pas de la même époque. "La base, socle quadrangulaire orné d'une feuille d'acanthe épanouie, serait originelle et non pas le fût hexagonal", précise Pierre Genotte. "Cela s'est vu après l'examen par un spécialiste des pierres, qui a remarqué que le pied était en calcaire de Meuse tandis que le reste était en calcaire fleuri."

 

Un dernier détail : l'anneau d'antan n'est plus sur le monument. Mais il entre bien dans les intentions de l'OTOJ d'en remettre un à l'identique. Le pilori sera alors réutilisable. Mais, bon, vu que ce n'est apparemment pas dans les intentions de ses protecteurs...

 

Geoffroy Herens

 

Cocaïne, speed, ecstasy et cannabis "juste pour dépanner"

 

ORP-JAUCHE Le 6 avril 2006, les policiers de Louvain ont aperçu une voiture qui roulait à vive allure et, quand les occupants ont repéré les agents, ils ont fait ce qui leur a semblé être une grimace de panique. Il n'en fallait pas plus pour inciter la patrouille à contrôler le véhicule et ses occupants.

Bien vu, les pandores ont trouvé des stupéfiants. Bert et Renaud, des habitants d'Orp-Jauche, n'ont pas pu nier qu'ils étaient des consommateurs de longue date. Suite à l'arrestation, des perquisitions à leur domicile ont permis de retrouver de la cocaïne. Ils ont aussi touché au speed, à l'ecstasy, au cannabis...

 

Bref, ils ont essayé un peu tout. Et pour pouvoir acheter à bon prix, ils acquéraient des quantités importantes, puis "dépannaient" certains autres consommateurs. Sans faire de bénéfice, prétendent-ils. Ce qui reste de la vente pure et simple aux yeux de la loi.

 

Mais pour les avocats de la défense, il ne faut pas confondre leurs clients avec les dealers qu'on croise dans d'autres dossiers, qui vendent des stups pour s'acheter des voitures, voire une maison. Les conseils ont demandé la clémence en affirmant que, depuis qu'ils ont été pris, les prévenus ont tout arrêté. Bert a trouvé un travail, Renaud n'avait pas de casier et ne s'est plus signalé négativement depuis 2006...

 

Du côté du ministère public, on veut bien retenir ces différents éléments positifs. Il n'en reste pas moins qu'on ne parle pas dans ce dossier de petites "dépannes" de cannabis.

 

Quand on touche au speed, à la cocaïne, on entre dans une autre catégorie et d'autres risques pour les consommateurs, avec des effets dévastateurs pour ceux qui se laissent tenter. La substitut a donc demandé des peines de prison : quinze mois pour Bert et un an pour Renaud. Elle ne s'est toutefois pas opposée à l'octroi d'un sursis.

 

Jugement le 27 février.

 

V. F.

 

Article extrait du journal Vers l'Avenir.

 

«Investir pour les écoles»

Les écoles d'Orp-Jauche accueillent cette année 718 enfants. Pour que les infrastructures suivent, il y a du travail, dit le bourgmestre.

 

Hugues Ghenne, vous venez de dévoiler les chiffres de votre première année de mayorat. Dans un souci de transparence ?

 

Notre pacte de majorité mentionne un retour vers la population et donc une information adéquate. Je trouve que le mandat confié par l'électeur ne doit pas être limité à une campagne électorale tous les six ans.

 

Orp-Jauche dépasse le cap des 8 000 habitants. Conséquence ?

 

Nous sommes 8 060. Via le conseil communal, nous avons introduit une demande de reclassement. Elle a été acceptée par la Région wallonne, ce qui aura un impact sur le Fonds des communes.

 

C'est-à-dire ?

 

Que notre dotation sera plus importante, mais je n'en sais pas plus à cette heure.

 

Les naissances sont en hausse. Une explication ?

 

Souvent les nouveaux habitants sont de jeunes couples. Ils ont des attentes particulières au niveau communal. Ils souhaitent un service bien structuré, ce qui passe par l'accueil, que ce soit dans les crèches ou les écoles. Ces jeunes couples attachent aussi de l'importance à l'extrascolaire, car ils ne travaillent pas nécessairement ici.

 

Reste que des parents se plaignent. Cela a été notamment le cas à Jandrain.

 

Deux choses. Un : si nos écoles attirent tellement d'élèves, c'est qu'elles sont appréciées. Jauche, Folx-les-Caves, Jandrain, Orp, Marilles et Noduwez représentent un total de 718 élèves. Deux : c'est vrai, on peut être victime de son succès. Mais Jandrain a accueilli en 2007 deux nouveaux modules et je crois que personne ne s'en plaint. Cela dit, je vous concède que l'augmentation des élèves a aussi des conséquences moins favorables en matière d'infrastructures.

 

Pourquoi n'a-t-on pas agi plus tôt ?

 

Depuis douze ans, Orp-Jauche n'a pas réfléchi ni investi dans de nouvelles infrastructures. En 2008, de nouveaux bâtiments doivent être construits à Folx-les-Caves, Marilles, Orp et Jandrain. Sans parler de l'entretien dans les autres écoles. Un oubli qui a duré deux législatures et que doit rattraper la nouvelle majorité.

 

718 élèves, c'est beaucoup.

 

C'est énorme pour une petite commune. Mais c'est la certitude de maintenir une âme dans un village. Une école, c'est à la fois le coeur et les poumons d'un village. Cela cultive le lien social. Grâce à elle, on se connaît, on vit, on construit ensemble.

 

Parlons taxes. L'impôt des personnes physiques est de 8 %. C'est beaucoup, et depuis longtemps.

 

Disons qu'Orp-Jauche est rattrapée par les communes limitrophes. La dernière augmentation, qui date de 1995, époque du premier mayorat de Jean Pirsoul, était celle de l'IPP. On était passé de 6 à 8 %. Nous avions la réputation d'être une des communes les plus «taxatrices» du Brabant wallon. Depuis, Incourt, Jodoigne ou Hannut ont adapté leur IPP ou encore leur précompte immobilier. À Orp-Jauche, c'est certain, l'IPP n'augmentera pas. Plus question d'y toucher.

 

Et le précompte immobilier ?

 

Il est trop tôt pour répondre vu que notre budget sera voté mardi prochain en conseil communal. Mais je peux déjà vous dire que des ressources nouvelles seront dégagées pour financer les charges du passé.

 

Marc WELSCH

 

13:44 Écrit par Jean PIRSOUL dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

18/01/2008

Orp-Jauche

Article extrait du journal "Vers l'Avenir

 

La Maison de village va voir le jour face à l'ancienne gare de Jauche. Le ministre de la Ruralité Lutgen vient de donner son accord.

 

Le bourgmestre Hugues Ghenne (PS) ne cache pas sa satisfaction. Le bout du tunnel est en vue dans un dossier qui n'en finissait plus de stagner. « Le cabinet Lutgen vient de nous mettre au courant, se réjouit le mayeur. Il est vrai que le dossier avait été visé par l'Inspection des finances en novembre dernier, ce qui était un premier signe favorable. À présent, il a été approuvé et signé par le ministre de la Ruralité. »

 

La future Maison de village sera située sur un terrain vague, en face de l'ancienne gare de Jauche, à une grosse centaine de mètres à vol d'oiseau de la salle Gervais. Elle comporte trois lots : gros oeuvre, terrassement et parachèvement.

 

Des travaux qui devraient s'élever à 1200000€ dont près des trois-quarts sont subventionnés par la Région wallonne (850960€).

 

Le nouveau bâtiment est destiné à abriter les activités qui se déroulent actuellement dans la salle Gervais, qui sera abattue. La Maison de l'entité sera à la disposition des associations et habitants. Ce sera un lieu de réunions et d'infrastructure d'accueil pour des concerts, des soupers ou des spectacles. Un bémol toutefois : subsidiée dans le cadre du développement rural, il ne sera pas possible d'y faire du sport.

 

Cette affectation, l'architecte liégeois Alain Mariage la connaît sur le bout des ongles. « J'ai voulu créer une infrastructure de grande taille, modulable et polyvalente. Le bâtiment sera bien isolé, et donc économique en matière de frais de chauffage. Des locaux de services, y compris une cuisine, des équipements sanitaires et une cafétéria, seront à la disposition des occupants. »

 

À l'extérieur, des espaces seront aménagés. Une cour de belles dimensions et une rampe d'accès pour les personnes à mobilité réduite sont prévues. « Le bâtiment sera à sa place dans le bâti environnant, continue l'architecte. Il dialoguera même avec le RAVeL, qui passera dans la rue de la Gare. »

 

De son côté, Hugues Ghenne reconnaît que les tergiversations autour de la Maison de l'entité avaient fini par lasser. «Le dossier a été mis au frigo durant de trop mois sous l'ancienne législature. Ces hésitations ont été à l'origine de la scission du marché de démolition du site Gervais Danone.» Aujourd'hui, tout cela est quasi oublié. Les travaux de terrassement débuteront durant la première semaine de mars. La première pierre devrait être posée en avril.

 

Marc WELSCH

06:22 Écrit par Jean PIRSOUL dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

17/01/2008

Orp-Jauche

Extrait du journal Vers l'Avenir

 

Des piquets qui sèment la zizanie

Jean Pirsoul avait déposé un recours contre l'établissement d'un piétonnier reliant l'avenue Stas et la rue de Marilles. Courard l'a débouté.

 

Petit rappel des faits. Durant l'automne dernier, Jean Pirsoul (MR) s'était insurgé contre le placement de piquets sur le chemin de campagne jauchois. À son avis, les véhicules agricoles devaient continuer à pouvoir utiliser ce tronçon asphalté.

 

Pour quelle raison ? Les tracteurs et autres engins lourds n'avaient alors qu'à traverser la chaussée Jodoigne-Hannut en venant d'Enines. À présent, à cause des piquets, ils doivent faire un crochet de 150m sur la N240 et prendre la rue de Marilles.

 

Inutile et dangereux, estime Pirsoul. Ce n'est pas tout. Pour le leader de l'opposition MR, la mesure a été prise pour contenter un riverain, lequel était embêté par le passage du charroi.

« Pour moi, cela s'appelle du clientélisme, argumente Pirsoul. Étant bourgmestre, durant douze ans, j'ai toujours refusé d'accéder aux demandes réitérées de ce riverain. En outre, en mai 2007, la décision du collège échevinal était de placer là des bacs à fleurs et non des piquets empêchant le passage. »

 

Le ministre régional wallon des affaires intérieures Philippe Courard (PS) n'est pas d'accord avec Pirsoul. Il estime que la commune d'Orp-Jauche a opéré dans la légalité. Après consultation des citoyens, dont la majorité a émis un avis favorable quant au piétonnier, il a donc permis de poursuivre la période d'essai en cours. L'étroitesse de la voirie et le fait qu'elle n'est pas dotée d'un revêtement capable de supporter un trafic lourd ont également pesé sur la décision du ministre.

Désormais, le chemin (qui ne porte pas de nom) sera réservé à la circulation des cyclistes et des piétons. Pour matérialiser cet état de choses, des plaques de signalisation et des bacs à fleurs seront disposés en quinconce à chaque entrée de la voirie.

 

De son côté, le bourgmestre Hugues Ghenne (PS) se félicite d'avoir été approuvé. « Nous avons agi dans le respect de l'autonomie communale, analyse le mayeur. Notre préoccupation était de veiller au bien public et à la sécurité des riverains. En ce qui concerne Jean Pirsoul, il a déposé plus de dix recours depuis que je suis bourgmestre. Ils ont été cassés par l'autorité de tutelle.»

 

Marc WELSCH

 

11:17 Écrit par Jean PIRSOUL dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

16/01/2008

Orp-Jauche

-  La Police nous informe:

 

"Le mardi 15 janvier 2008, la Zone de Police de Jodoigne a procédé à des contrôles de vitesse aux endroits suivants :

 

Ramillies avenue des Déportés en direction de la RN91, 68 véhicules contrôlés – 2 « flashés » (vitesse maximum constatée 96 km/hr)

 

Orp-Jauche rue Henri Grenier en direction de Jauche,    91 véhicules contrôlés – 13 « flashés » (vitesse maximum constatée 91 km/hr)

 

Jodoigne rue Longue en direction de Jodoigne, 46 véhicules contrôlés – 2 « flashés » (vitesse maximum constatée 72 km/hr)

 

Orp-Jauche rue Louis Lambert en direction de l’école communale de Noduwez, 37 véhicules contrôlés – 0 « flashé »

 

Sur 242 véhicules qui sont passés devant le radar, 17 ont étés flashés (7%).

09:39 Écrit par Jean PIRSOUL dans Flash Infos | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

13/01/2008

Orp-Jauche

 

Article paru dans le journal "Vers l'Avenir".

 

Assainir la Petite Gette : l'IBW a franchi le Rubicon et introduit un permis d'urbanisme relatif à la construction d'un collecteur.

 

Un peu d'eau bleue à l'horizon, c'est bon pour le moral. Or l'épuration de la Petite Gette et de ses nombreux affluents n'est plus un vague projet. Les procédures viennent de débuter. Mais ne soyons pas d'un optimisme déraisonnable. «Ce sera assez long, prévient Jean-Marie Tricot, de la Cellule Contrat de Rivières. Mais nous sommes sur la bonne voie pour avoir un collecteur fin 2009.»

L'enquête publique s'est ouverte le 10 janvier, mais une autre procédure est en cours : l'IBW contacte différents propriétaires concernés. «En vue des emprises en sous-sol, précise Charles van Mechelen, gestionnaire des acquisitions à l'IBW. L'étape suivante sera la délivrance du permis d'urbanisme.»

 

Le chantier devrait durer une grosse année. «Il faudra aussi songer à installer une station d'épuration à Maret, ajoute Jean-Marie Tricot. Elle recevra à la fois les eaux du collecteur de la Petite Gette à Orp et celles du collecteur de la Bacquelaine à Lincent.» Des travaux, eux, plus rapides.

 

Bref, tout cela devrait être au point vers 2010. À quel prix? «La note ne sera pas salée pour les habitants de la commune, détaille Pierre Sondag (Écolo), échevin de l'Environnement. L'IBW paye pour les voiries et le collecteur. Nous payerons pour le raccordement des égouts existants vers le collecteur. Mais comme les réseaux d'égouttage de la commune sont plutôt bien installés...»

À la Cellule Contrat de Rivière, on n'attend pas la suite des événements pour autant. Non seulement une journée d'information est proposée aux partenaires impliqués, et un préprogramme est à l'étude.

 

«Il sera signé en mars prochain, prévient Jean-Marie Tricot. Il couvre la période 2008-2010. Vingt-sept actions sont prévues. Parmi celles-ci, en 2008, nous tenterons de sensibiliser les communes à la problématique des herbicides et travaillerons sur le règlement de police relatif aux déchets verts. Trop souvent, à cause de la négligence ou de la paresse de certains, on retrouve le produit de leur tonte au ruisseau...»

 

Marc WELSCH

 

11:09 Écrit par Jean PIRSOUL dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

10/01/2008

Orp-Jauche

Article du journal "La Dernière Heure"

ORP-JAUCHE "La poursuite et la concrétisation des dossiers liés au développement rural."

Voilà en quelques mots le souhait numéro un d'Hugues Ghenne pour les mois à venir dans sa commune d'Orp-Jauche. Un voeu qu'il se fait une joie d'expliciter au moyen de plusieurs illustrations qui concernent, directement ou non, tous ses concitoyens. "J'en citerai quatre", précise-t-il : "les voies lentes qui devront relier les villages de Jauche, Jandrain-Jandrenouille et Folx-les-Caves (soit le sud de l'entité) et dont le dossier a déjà reçu l'assentiment du ministre Benoît Lutgen; la Maison de l'entité, qui sera construite près de l'ancienne gare de Jauche et qui remplacera l'actuelle salle Gervais; la restructuration de la Maison de l'emploi d'Orp-le-Grand via l'ajout de locaux supplémentaires; et la deuxième phase de la démolition du centre de Jauche."

Soit des projets vieux de plusieurs années pour certains, et qui vont enfin sortir de terre : "mon souhait est que cela se fasse le plus rapidement, le plus harmonieusement et le plus professionnellement possible".

G. H.

 

 

 

06:01 Écrit par Jean PIRSOUL dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

08/01/2008

Orp-Jauche

Article venant du journal "La Dernière Heure"

 

Un projet du musée Archéologique sur la table du collège

 

ORP-LE-GRAND Chasser en plein milieu d'Orp-le-Grand, ce serait déjà inattendu. Le faire à la manière des chasseurs-cueilleurs d'antan, ça ajouterait une couche d'originalité. Mais viser un mammouth de 3,40 m de haut, ce serait la cerise sur un gâteau que le musée Archéologique rêve de cuisiner dans les mois à venir.

"L'idée serait de placer sur la pelouse de la place communale une silhouette de mammouth en métal", explique Carine Havard, conservatrice du fameux musée qui, parallèlement, prépare une nouvelle scénographie pour présenter ses collections. "L'animal pourrait mesurer 6 m de long avec les défenses. Il serait démontable et déménageable à tout moment. Mais, surtout, il permettrait d'ajouter du concret à nos expositions et faire office de cible pour les démonstrations de tir à la sagaie ou au propulseur. Qui plus est, quoi de mieux qu'un mammouth pour symboliser la préhistoire, a fortiori aux yeux des enfants qui passent chez nous ?"

Un projet qui sera prochainement déposé sur la table du collège communal... deux ans après une première présentation qui avait débouché sur un refus du pouvoir politique. La majorité ayant changé depuis maintenant treize mois, l'équipe du musée retente sa chance.

Quant à savoir la réponse qu'il recevra... Du côté de Pierre Sondag, échevin de la Culture, le son de cloche se veut visiblement positif : "Ce serait une belle enseigne pour le musée, situé juste à côté. En même temps, cette silhouette serait bien utile pour la partie plus pratique des stages et animations, que ce soit pour se rendre compte de la taille de l'animal mais aussi pour tester en vrai les instruments de chasse dont disposaient nos lointains ancêtres".

Quant au reste du collège communal d'Orp-Jauche, il ne semble pas aussi optimiste et précise qu'il faudrait peut-être attendre la concrétisation, à la ferme Colsoul d'Orp-le-Petit, de Ruralis.

Soit un autre projet (voué à l'interprétation du monde rural) qui, à mesure que passent les années, s'apparente de plus en plus à une autre bête d'envergure bien connue dans le Nord de l'Écosse.

G. H.

 

 

 

15:19 Écrit par Jean PIRSOUL dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05/01/2008

Orp-Jauche

De bons voeux et une volée de bois vert

La réception de nouvel an a permis au bourgmestre Ghenne de remercier le personnel communal. Et de tancer vertement les autorités de tutelle.

 

Ambiance de bonnes résolutions et de bons voeux en ce 2 janvier, à Jandrain, en la salle de la Tannerie. Prenant la parole vers 10 h 30, le mayeur Hugues Ghenne (PS) s'est d'abord adressé en termes élogieux au personnel communal. «Vous nous avez permis, a-t-il dit, de répondre à nos engagements vis-à-vis de la population.»

Des engagements qu'il voudrait à présent assurer dans la continuité, même à l'époque des vacances. «Il est de notre devoir, lorsque le responsable d'un service est en congé durant plusieurs semaines, de le remplacer.»

Il regrette par ailleurs ce qu'il appelle sa politique de bouts de ficelles. Et pointe du doigt les instances supérieures. «De plus en plus, nous avons des difficultés à obtenir de la Région, de la Communauté, du Fédéral, ce qui nous est promis ou ce qui nous est dû.»

Dans la foulée, Ghenne cite le financement ruineux de la police, la réforme fiscale qui renvoie la balle aux échelons inférieurs ou encore les hypothétiques subsides aux bâtiments scolaires. «Rien n'est épargné aux Communes. Il ne se passe pas une journée sans que nous entendions les messages de colère des mandataires communaux wallons, de toutes les tendances politiques.»

Pas question toutefois de céder au découragement. «Maison de l'entité, Maison de l'emploi, bâtiments scolaires, voies lentes, aménagement du centre d'Orp et de celui de Jauche... Ça bouge et ça ne fait que commencer.»

Parmi les projets qui lui tiennent à coeur, il cite notamment le RAVeL. «Nous aimerions le voir plus étendu. Comment ? Par la pose de passerelles à Orp. Sans oublier de tracer des voies lentes entre Jauche, Jandrain et Jandrenouille.»

Pour Ghenne, vivre à la campagne, ce n'est pas vivre dans une cité dortoir. «Notre commune compte 8000 habitants. On doit y trouver de tout, lieux d'accueil en crèches ou en extrascolaire, aide à domicile, aménagement du territoire.»

Ce dernier point a fait l'objet de critiques, notamment du côté du futur lotissement de la rue du Cimetière. Pour y remédier, il est prévu un second engagement à trois quarts temps à l'aménagement du territoire. Ce sera dans les prochaines semaines. «Oui, conclut Ghenne, 2008 marquera une avancée vers plus de professionnalisme et plus de respect du contribuable. Chaque euro versé à la Commune doit avoir son utilité.»

Marc WELSCH

 

15:46 Écrit par Jean PIRSOUL dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Orp-Jauche

Extrait du journal "La Dernière Heure"

 

Le bourgmestre profite de ses voeux pour marquer la rupture avec l'ancienne majorité au pouvoir

 

ORP-JAUCHE Un peu plus d'un an après avoir endossé les habits de bourgmestre d'Orp-Jauche, Hugues Ghenne a marqué la réception des voeux de Nouvel an par un discours qui a dû faire tiquer l'ancien mayeur, Jean Pirsoul (avec qui le PS d'Hugues Ghenne faisait alliance jusqu'au dernier scrutin).

"Depuis un an, nous travaillons à 100 %", a notamment souligné le bourgmestre. "Les premiers résultats sont déjà là... Tous les dossiers bloqués sous l'ancienne législature sortent de terre : Ravel, maison de l'entité, maison de l'emploi, bâtiments scolaires, voies lentes, aménagement du centre d'Orp et de Jauche... Et ça ne fait que commencer !"

À noter également le chapitre consacré à l'enseignement où, selon le mayeur, "la compétence (et non plus l'amitié) sera le critère de référence".

Et Hugues Ghenne d'appuyer ses dires : "En une année, Orp-Jauche a déjà changé de mentalité. Elle s'apprête à bouger et à grandir. Les projets ne manquent pas".

La liste des dossiers à suivre ces prochains mois vaudra le détour avec les lieux d'accueil pour les petits (crèches et extrascolaire), les services de proximité mais aussi pour les personnes âgées, le commerce, l'aménagement du territoire, la mobilité, l'habitat,...

La fin du petit mot du bourgmestre aura été du même acabit que le reste : avec des sous-entendus guère masqués à l'égard de l'ex-équipe au pouvoir (dont le PS était, donc).

"2007 était, au niveau communal, une année de transition, de remise en ordre", a terminé Hugues Ghenne. "2008 marquera le pas vers plus de professionnalisme et encore plus de respect du contribuable. Chaque euro prélevé dans la bourse des ménages doit répondre aux besoins de ceux-ci. Le citoyen est un client. Il paie. Il doit être satisfait. Des mesures de bonne gestion ont été prises. Elles seront amplifiées."

 

G. H.

 

ORP-JAUCHE L'administration s'est retrouvée au coeur du discours de Nouvel an du mayeur. "Elle travaillait, jusqu'à présent, avec des bouts de ficelle", a estimé Hugues Ghenne. "Avec un nombre réduit de travailleurs, souvent esseulés face à des normes de plus en plus complexes."

Et le bourgmestre d'estimer que sa commune mérite mieux. Idem pour ses contribuables : "On ne peut plus accepter d'erreurs dans les dossiers ou le traitement de demandes de la population sous prétexte d'un manque de personnel ou d'impossibilité de maîtriser et d'assimiler chaque matière." Autrement dit : "Les services seront renforcés." Reste à savoir comment payer tout ça...

G. H.

 

 

 

 

08:07 Écrit par Jean PIRSOUL dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

03/01/2008

Orp-Jauche

Extrait du journal "La Dernière Heure"

 

Les candidats réfugiés prêts à déménager

 

Le CPAS d'Orp-Jauche a acquis une maison destinée à abriter son ILA

 

ORP-JAUCHE - L'Initiative Locale d'accueil (ILA) d'Orp-Jauche aura bientôt fini de voyager. Naguère placée dans l'ancienne poste (au 51 de la rue Jules Hagnoul), ce logement destiné à des candidats réfugiés est actuellement installé à l'ancienne maison de repos Le Nodrenge et devrait d'ici trois ou quatre mois arriver au début de la rue Henri Grenier, à côté du rond-point. Deux déménagements qui résultent d'une décision fédérale.

"Jusqu'il y a peu, nous avions l'agrément pour accueillir cinq personnes mais dans une structure familiale, précise Marie-Joëlle Anciaux, la secrétaire du CPAS d'Orp-Jauche. Mais Fedasil nous a demandé de désormais prendre en charge cinq isolés. Ce qui n'était pas faisable à l'ancienne poste..."

Le temps d'étudier les endroits possibles, de comparer les différents prix de vente... et le conseil du CPAS optait pour la maison sise aux numéros 6a et 8 de la rue Henri Grenier. Avec, pour assurer la transition, une halte à l'ex-home privé où un bail court jusque fin avril.

"En tout, l'acquisition de ce bâtiment nous aura coûté 336.000 €, précise Catherine Latiers, la présidente du centre public d'action sociale. Une somme financée en grande partie par la vente d'un de nos terrains et celle d'une habitation que nous possédions à la place de la Liberté, à Jauche. La dépense n'a donc pas été improvisée."

Reste que l'ILA ne sera pas seule puisque l'on projette d'y adjoindre un service de repassage (voire, qui sait, de couture) dans l'annexe. Tandis qu'une étude de faisabilité est à prévoir pour le grenier. Quant à l'ancienne poste, elle sera réaménagée pour pouvoir abriter divers appartements sociaux et/ou à loyer modéré. Cela doit encore être déterminé par les autorités compétentes.

Geoffroy Herens - La DH

 

16:29 Écrit par Jean PIRSOUL dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |