21/02/2008

Orp-Jauche

Article paru dans le journal "Vers l'Avenir"

 

Joseph Dekaize a mis 15 ans à construire une réplique féerique des foires d'antan. Aujourd'hui il craint de la voir démantelée ou disparaître.

 

Depuis 1993, Joseph Dekaize construit avec patience la réplique miniature d'une fête foraine. Aujourd'hui, à bientôt 82 ans, il voudrait trouver un endroit où exposer ses réalisations et les rendre accessibles aux générations futures. Une perspective qui soulagerait ce Jauchois et son épouse pour lesquels l'idée de voir la collection démantelée ou anéantie est insoutenable. Il est vrai qu'il serait dommage de perdre un tel témoignage du temps passé.

Il faut dire que partager la passion de Joseph Dekaize en découvrant «sa» fête foraine, c'est retrouver une âme d'enfant, s'émerveiller devant la magie de ces attractions qui s'illuminent, s'animent et qui, toutes, sans exceptions, sont réalisées avec des objets de récupération, qu'il s'agisse de moteurs d'essuie-glaces, de roues de vélos, de Playmobils ou de figurines Fisher Price...

Avec une infinie patience et beaucoup d'amour, Joseph Dekaize a su redonner vie à une fête foraine semblable à celle qu'il a longtemps vue, gamin, sous les fenêtres de la maison de son enfance. Une enfance passée sur la Grand-Place à Jodoigne et qui a, à jamais, marqué l'imaginaire de Joseph Dekaize. L'intérêt du spectacle tient dans le fait que c'est une fête foraine tout entière qui prend vie, avec ses habitants, ses lumières, ses musiques. Un travail de Titan pour une foire de Lilliputiens. Un nombre incalculable d'heures «que je ne peux estimer, parce que, quand on aime, on ne compte pas», sourit Joseph Dekaize.

Malheureusement, les 35 à 40 pièces de la collection sont actuellement entreposées dans la cave de la villa de Joseph et Léa Dekaize. Un espace trop exigu pour pouvoir admirer dans des conditions optimales cette impressionnante collection.

Aujourd'hui, le couple d'octogénaires lance un appel : Joseph et Léa voudraient que la collection reste entière et quelle puisse être accessible à tous, petits et grands, afin que la magie qui a animé son créateur continue de faire briller la petite flamme qui brûle encore dans le coeur de Joseph Dekaize, un Jauchois qui aura toujours l'âme d'un saltimbanque.

 

Article paru dans le journal "La Dernière Heure"

 

Une quinzaine de créateurs d'Orp-Jauche se sont retrouvés ensemble le temps d'une expo

 

NODUWEZ "C'est chouette de voir qu'on a tout ça chez nous !" L'enthousiasme de Jean-Claude Hallet, le président de l'office du tourisme d'Orp-Jauche, n'était pas feint vendredi soir à la ferme du Renard.

C'est que l'antre accueillait pour le week-end une quinzaine d'artistes, tous issus de l'entité, hormis un voisin de Hélécine. Des créateurs de styles divers (BD, sculpture, peinture, enduits,...) recrutés par l'office du tourisme orp-jauchois.

"Nous disposions d'une liste de contacts à laquelle nous avons ajouté un appel public sur le site web de la commune", précise Carine Vanderweyen, la secrétaire. "Le bouche à oreille a ensuite fait que d'autres candidats se sont manifestés. Et voilà le résultat."

De quoi joliment garnir les installations de la ferme du Renard où, en plus de l'objectif de faire connaître l'endroit dévoué aux séminaires et mariages, l'idée était de s'ouvrir aux habitants d'Orp-Jauche.

"Tant qu'à faire, nous avons pensé qu'il y aurait moyen d'ajouter une dimension culturelle et avons demandé la collaboration de l'office du tourisme, qui a fait preuve d'un incroyable dynamisme", explique Brigitte Willemyns. "De fil en aiguille, le programme du week-end s'est enrichi par les participations d'un traiteur, d'une confrérie et de groupes de musique."

Sans oublier plusieurs écoles de l'entité, dont celle de Folx-les-Caves, qui a notamment reçu la visite de Pascal Joannes, un photographe qui a mis en scène les enfants tantôt comme Robert Doisneau, tantôt à la façon d'Uwe Ommer, deux photographes de renommée internationale. Le tout pour des résultats très intéressants. À l'instar des animaux de papier mâché réalisés l'an dernier avec des pensionnaires du centre de Hemptinne.

Quant aux principaux intéressés, ils étaient évidemment ravis d'être là. "Ce genre d'événement, c'est assez chouette", avoue Bénédicte Lahaye, céramiste jauchoise. "C'est la première fois que la commune vient chercher ses artistes. Sinon, les occasions d'exposer, de montrer son travail, et pas forcément de le vendre, sont rares. Alors, quand ça se passe tout près de chez soi, c'est vraiment super."

Geoffroy Herens

Créations diverses et artistes orp-jauchois se sont retrouvés le temps d'un week-end dans la ferme du Renard, au centre de Noduwez. (G. H.)

 

 

15:59 Écrit par Jean PIRSOUL dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.