29/02/2008

Orp-Jauche

Articles parus dans le journal "Vers l'Avenir"

 

Jean Pirsoul et Emmanuel Vranckx jugent le projet de Philippe Body de qualité. Ils proposent néanmoins des améliorations sur certains points.

Bonne n ouvelle à Orp : pour une fois, majorité et opposition semblent marcher main dans la main.

Jean Pirsoul (MR), le leader de l'opposition, voit d'un bon oeil la rénovation du centre d'Orp-le-Petit. «L'ensemble me paraît à première vue bien pensé», résume-t-il. Et de citer parmi les arguments favorables le déplacement du dépôt Bigmat en face de l'ancienne gare d'Orp ainsi que l'installation d'un Okay à l'emplacement de l'actuel Ghetobloc. Sans oublier tout le volet immobilier, maisons et appartements par dizaines derrière la rue de la Station

Jean Pirsoul demande toutefois d'améliorer certains points du projet. «Il faut veiller à préserver les commerçants qui animent le quartier actuellement. Et puis, le plan de mobilité mérite d'être mieux étudié. Il faudra aussi tenir compte des risques d'inondations et réaliser des plantations pour cacher les magasins Hubo et Delhaize.» Pour éviter que les habitants de la rue de la Station aient, à l'arrière de leurs habitations, une vue «imprenable» sur ces deux commerces.

De son côté, Emmanuel Vranckx (MR) insiste sur la mobilité. «Trois cent nonante-quatre places de parking vont être créées sur le complexe. Sera-ce suffisant par rapport à l'activité économique et aux nouveaux logements, étant entendu qu'il faut compter en moyenne deux voitures par ménage? Nous ne disposons de données suffisantes pour répondre à la question. Mais ce n'est qu'un avant-projet. Attendons la suite.»

En ce qui concerne les grands commerces, Pirsoul plaide la prudence.

«Il ne faut pas oublier qu'il faudra encore obtenir l'autorisation du ministère des Affaires économiques pour créer deux grands magasins à cet endroit.»

Autre point positif pour Pirsoul, qui s'en réfère aux commentaires donnés par Body lors de la réunion avec la population de samedi dernier : la perspective de la création d'une cinquante d'emplois. Pas tout de suite car «les permis de bâtir seront pour 2008 et 2009. Les constructions devraient être réalisées entre 2010 et 2012.»

Marc WELSCH

 

Succès total pour la première exposition groupée des artistes d'Orp-Jauche. Le public a répondu nombreux à l'invitation.

L'o ffice du tourisme d'Orp-Jauche a tapé dans le mille avec sa première exposition des artistes de l'entité. Le public est en effet venu très nombreux pour découvrir les artistes exposant dans la magnifique salle de la ferme Renard à Noduwez. Les visiteurs ont aussi été séduits par les créations des élèves des écoles communales de Jauche, Orp et Folx-les-Caves et de l'école libre Saint-Martin de Jauche.

Liliane Mathieu et Anne Ghenne, institutrices à Folx-les-Caves, exposaient des créations de la vie à la ferme et des photographies originales réalisées par leurs élèves avec l'aide de Pascal Joannes, professeur de gymnastique à l'école mais aussi photographe amateur de grand talent.

Liliane Mathieu n'était pas peu fière de montrer à ses visiteurs la superbe fresque de ses élèves créée avec la collaboration de l'artiste locale Maude Richard.

De leur côté, Anne Wilmet avait aidé les élèves de Saint-Martin à façonner en terre cuite de superbes animaux, Jacques Degreef avait travaillé avec les élèves de Fanny Docquir de l'école communale pour finaliser des oeuvres en bois alors que Ben avait prodigué ses conseils aux petits des classes d'Anne Delwiche et Sabrina Van Esse de l'école communale d'Orp pour des poteries.

Mais le clou de l'exposition, c'était évidemment les artistes locaux qui présentaient leurs meilleures créations.

Plusieurs peintres étaient au rendez-vous : Marc Ambrosi, Joëlle Vincent, André Wauters, Francine Balate, Maude Richard, Roger Grooten, Francine Dumoulin, Alfredo Silvestri, Anne Wilmet, Patricia Gadisseur. Mais la sculpture et la céramique étaient aussi représentées avec Coryse Kriluk, Michel Philippi, Geert Vanderborgt ou Bénédicte Lahaye. On a pu voir aussi les oeuvres en papier mâché d'Isabelle Delfosse et Michèle Denys, les portraits de Jacques Degeef sans oublier les dessins du bédétiste Benoît Roels. Le public ne savait plus ou donner de la tête et était vraiment étonné par le talent trop méconnu de ces artistes.

Pourquoi pas un tel week-end chaque année?

Du côté des artistes, c'était aussi la grande joie de recevoir tant de monde.

Bénédicte Lahaye, alias Ben : «C'est un plaisir pour nous tous de nous dévoiler au grand public. Si je suis déjà une habituée des expositions, certains de mes co-exposants montrent leurs oeuvres au public pour la première fois. Les styles sont variés et permettent de satisfaire tous les goûts de nos visiteurs. Je n'aurais jamais imaginé qu'autant de monde viendrait à ce week-end des artistes locaux.»

À la fin du week-end, les artistes demandaient avec insistance aux responsables de l'office du tourisme : à quand une nouvelle expérience de ce type ? Et pourquoi pas organiser chaque année un week-end comme celui-ci car il y a encore bien d'autres artistes à Orp-Jauche ?

La balle est maintenant dans le camp de l'office du tourisme d'Orp-Jauche.

 

14:08 Écrit par Jean PIRSOUL dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

25/02/2008

Orp-Jauche

Article paru dans le journal "Vers l'Avenir"

 

L'industriel Philippe Body et les autorités communales ont fait face à la population. On est loin du consensus, mais il y a des pistes.

 

Ils étaient une grosse centaine, sur le coup de 10 h, samedi, à s'être déplacés. Des hommes et des femmes dont la moyenne d'âge flirtait avec la cinquantaine. Moins les professions libérales qui, on le sait, ont demandé au bourgmestre Ghenne de postposer le rendez-vous de la confrontation. À leurs yeux, un samedi était mal choisi. Les autres personnes ont donc écouté l'industriel-entrepreneur et son équipe expliquer leur avant-projet.« Pour s'enrichir mutuellement du point de vue économique et social», a résumé Body.

 

Vaste projet de remembrement en réalité, comprenant du commercial, de l'habitat et des voiries nouvelles. Commençons par le commercial. Il comprendrait, face à l'ancienne gare, un Bodymat pour les professionnels de la construction et un Hubo pour tout un chacun. Plus un Delhaize et un OKay (Colruyt). Et du commerce de détail de plus petite taille. « Rien n'est signé avec Delhaize à cette heure », précise Body, lequel a déjà un accord avec Colruyt.

 

Du côté social, c'est à la fois à l'emploi de proximité (une cinquantaine) et au logement que pense Body. Pour que les choses soient claires : pas du logement social, mais des maisons et des appartements de divers types à des prix raisonnables. Le tout derrière les maisons de la rue de la Station.

 

Restait à faire passer la couleuvre : le plan de mobilité. Car qui dit mobilité, dit voiries. Et l'ensemble du collège communal d'Orp-Jauche de tendre l'oreille comme un seul homme, ce qui est bien normal. Dans la situation financière actuelle des communes, un entrepreneur qui vient s'installer et créer des routes, c'est une manne céleste. Les Orpois, eux, en sont d'autant plus conscients qu'ils se plaignent régulièrement de leurs routes et accotements. Mais voilà, ce n'est pas vraiment le nouveau dispositif prévu (deux axes parallèles désengorgeant la rue de la Station) qui embête les Orpois. Ce qu'ils craignent, et leurs réactions dans la salle ont été nombreuses à ce sujet, c'est le bruit qu'engendrerait le passage de camions de plus en plus nombreux.

 

Autre question : les pourtours de l'église, ou plutôt de la chapelle qui subsistera. Elle sera annexée à l'ensemble urbain, mais ne fait pas partie du plan Body. «Là, a précisé le bourgmestre Ghenne, il existe un autre projet déjà coté en certificat de patrimoine. Les Monuments et Sites remettront malgré tout un avis sur l'aspect urbanistique. »

 

Bref, il reste du pain sur la planche et nous sommes encore loin de l'enquête publique. Reste qu'une petite phrase de Body à l'intention de la population est à retenir : «Avez-vous envie de rénover votre village? Parfois, on préfère sa tranquillité. Mais si on ne veut pas de moi ici, j'irai ailleurs.»

Tout le dilemme est là.

 

Marc WELSCH

 

Articles parus dans le journal "La Dernière Heure"

 

L'industriel Philippe Body a exposé son projet à la population samedi matin

 

ORP-LE-PETIT La cafétéria du Chauffour était noire de monde samedi. L'illustration de l'intérêt que suscite le dossier du réaménagement du centre d'Orp-le-Petit. Un projet porté par l'industriel Philippe Body, le patron de la société BigMat, qui a présenté ses intentions avec un leitmotiv très clair.

"Ce projet, nous sommes prêts à l'amender en fonction de ce que vous nous ferez remarquer... pour qu'il recueille l'assentiment général."

But initial : permettre au BigMat actuel de prendre de l'envergure en se déplaçant à la place de l'ancien Karting. Le grand hangar où les bolides tournaient restera. Le reste disparaîtra. Quant au stockage de matériaux, il se fera partiellement à l'air libre mais hors de vue de la rue grâce au bâtiment à ériger face à la gare.

Deux constructions se retrouveront entre le BigMat et le "U". Elles accueilleront probablement un Hubo et un Delhaize - ou un Champion, c'est à définir - ainsi que divers magasins de proximité.

De l'autre côté de la rue de la Station, un Okay est en train de prendre la place de l'ancien Ghetobloc. L'on peut attendre 40 à 50 emplois pour les trois magasins sans compter les petits commerces.

Avec une nouvelle voirie qui assurera la liaison avec la rue de la Sucrerie et croisera donc le Ravel. Une autre rue partira à l'intérieur du site vers la rue de Fontigny. Quant aux places de parking, il y en aurait près de 400.

Parallèlement aux commerces, l'idée est de prévoir des logements. "Il y aura de tout", prévient Philippe Body. "Des appartements, des maisons individuelles, des rez plus un, des rez plus deux... et des logements moyens accessibles à un moindre prix."

Quant à la chronologie des événements, elle dépendra tout d'abord de la réalisation d'un périmètre de remembrement urbain que Philippe Body espère pour la fin de l'année.

"Après, nous demanderons le permis de bâtir pour le Hubo, le Delhaize et les voiries. J'escompte l'obtenir en 2009. Dès que ce sera fait, on commencera à construire. Restera à s'occuper des logements. Cela se fera en deux ou trois étapes. Si tout va bien, le site sera complètement aménagé entre trois et cinq ans après le PRU."

Geoffroy Herens

 

L'esquisse n'est pas définitive mais les grandes lignes sont là : une place de stockage, un nouveau BigMat, deux bâtiments face au parking et toute une série de logements avant l'église et vers la rue de Fontigny. (G. H.)

 

Orp-Jauche a rendu hommage dimanche aux enfants nés en 2007 dans l'entité

 

JANDRAIN Il fallait s'y attendre : quand Monsieur a pour nom Jumelle et que la famille de madame a connu des antécédents en la matière, on ne tombe pas des nues lorsque l'on vous annonce que vous allez accueillir non pas une mais deux filles.

"Avant qu'on ne me le dise, je le pensais déjà", avoue Isabelle, la maman. Et Fabian, le papa, de préciser qu'ils se laissaient du temps avant d'envisager un petit frère ou une petite soeur pour ces deux fillettes si semblables et pourtant différentes.

"Chloé est nettement la dominante", expliquent les parents. "Et puis, il y a moyen de les reconnaître à leurs yeux, leur front, leurs joues..."

Cette famille de Noduwez n'était pas seule dimanche matin. Ce sont des dizaines de couples qui ont fait le déplacement jusqu'à la salle de la Tannerie, à Jandrain, à l'occasion de la traditionnelle réception en l'honneur des 93 nouveau-nés de l'année écoulée.

Une bonne partie d'entre eux était présente pour recevoir divers cadeaux, dont un chèque de 70 € et un sac rempli de renseignements utiles et pour profiter des mets des confréries locales.

Une attention communale qui ne vaut pas que le jour de cette cérémonie ponctuée de cris, pleurs et gargouillis juvéniles. Le collège se veut dynamique dans le dossier de la petite enfance.

"Malgré les 35 lits de la Grenouillère et les 14 accueillantes privées ou conventionnées, nous avons encore des projets", précise l'échevine Josette Houart en hésitant à les dévoiler. "N'est-ce pas, mayeur ?"

Et Hugues Ghenne d'opiner : "L'idée est d'ouvrir une seconde crèche communale. La question est désormais de savoir si l'on devra construire une nouvelle infrastructure ou si l'on pourra profiter d'un bâtiment existant. Une étude est en cours."

 

G. H.

 

La famille Jumelle s'est inévitablement retrouvée au centre des regards dimanche matin à Jandrain. (G. H.)

 

Article paru dans le journal "Le Soir"

 

La réhabilitation du centre a été présentée au public

Nouvelle vie pour le village

 

ERIC MEUWISSEN

 

lundi 25 février 2008, 08:26

 

Orp-le-Petit. Le patron de BodyMat a expliqué ce samedi aux riverains les grandes lignes de son important projet.

 

L’actuel dépôt de BodyMat d’Orp-le-Petit sera déplacé à l’autre bout de la parcelle. © René Breny.

 

Je vous félicite. Je suis pour votre projet. Notre village se meurt. Il faut penser aux personnes âgées pour les commerces de proximité, à l'emploi pour nos enfants et au logement pour nos petits-enfants », s'est exclamée une dame native d'Orp-le-Petit à l'occasion de la présentation à la population du projet Big Mat ce samedi matin. Une exclamation qui a été accueillie par des applaudissements relativement nourris de la population présente pour la circonstance.

Le projet en question prévoit une nouvelle zone commerciale composée d'un Delhaize (ou d'un Champion), d'un Hubo, d'un Okay (discount) et d'un BigMat ainsi que toute une série de commerces de proximité. Le tout entouré de 150 à 180 logements. Bref une rénovation importante du centre urbain. Le projet s'étend sur une zone de 4,5 ha sise entre la place Albert Dupont, la rue de la Grande Ferme, la rue de Fontigny, la rue de la Station et l'ancien karting.

 

Philippe Body, le patron namurois de la société BodyMat, s'est présenté comme un industriel et non comme un promoteur immobilier. Un industriel qui est à la tête d'une société qui emploie 160 personnes à travers 18 sociétés en Wallonie.

 

D'emblée Philippe Body a prévenu. « Aujourd'hui, nous ne faisons que prendre le pouls de la population. C'est le moment de faire toutes vos remarques. Nous essayerons d'en tenir compte dans la mesure du possible avant de demander le permis de bâtir. A ce moment, vous serez à nouveau consultés dans le cadre de l'enquête publique. J'ai déjà investi 50 millions d'anciens francs en frais d'études. Cela représente deux années de travail. Maintenant si je sens que la majorité de la population ne veut pas de mon projet, j'irai voir ailleurs. »

 

Le nouveau BigMat devrait être implanté en lieu et place de l'ancien karting. Les autres hangars devraient être démolis. Cela veut dire que le BigMat actuel sera déplacé de quelques centaines de mètres. Un mur de végétation cachera la cour aux matériaux que l'on n'apercevra donc pas de la rue de la Station.

 

Une cinquantaine d'emplois en perspective

 

Un plan-masse (description sur plan des aménagements) et une délimitation de la zone ont été détaillés à la population. Une nouvelle voirie est prévue. Elle rejoindra la rue de la Sucrerie à la rue Fontigny en passant le long du futur discount Okay et la rue de la Station.

Si le projet se réalise, il devrait apporter entre 40 et 50 emplois en plus de ce qui existe déjà aujourd'hui. Les logements seront du type logement moyens (pas de logements sociaux donc). Il y aura des appartements et des maisons individuelles.

Pour l'heure, le projet Okay (discount de Colruyt) est déjà sur les rails à l'emplacement de l'ancien Ghetobloc (à côté de la ferme Colsoul). Les permis ont été déposés. La construction va commencer sous peu.

Les riverains présents ce samedi semblaient grosso modo acquis au projet même si certains entendaient rester très prudents et réclamer des garanties quant au trafic de camions, à la mobilité, à l'écoulement des eaux, à l'aménagement des abords de la rivière… Un riverain s'est même exclamé : « J'ai quitté Braine-l'Alleud pour des nuisances liées au trafic de camions, j'aimerais ne pas en être victime ici. »

Pour le reste, l'agenda devrait se dérouler comme suit : Un PRU (périmètre de remembrement urbain) va être rentré à la commune pour la fin de l'année. Le premier permis de bâtir pour construire les voiries sera ensuite déposé. Le logement sera réalisé par phases, en deux ou trois étapes.

Précisons encore que l'église Notre-Dame ne fait pas partie du projet BodyMat mais d'un projet communal qui a été intégré dans le dossier dans un souci de cohérence urbanistique. Cette église sera rasée à l'exception du chœur polygonal en pierre du XIIIe siècle qui est classé.

 

16:15 Écrit par Jean PIRSOUL dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

21/02/2008

Orp-Jauche

Article paru dans le journal "Vers l'Avenir"

 

Joseph Dekaize a mis 15 ans à construire une réplique féerique des foires d'antan. Aujourd'hui il craint de la voir démantelée ou disparaître.

 

Depuis 1993, Joseph Dekaize construit avec patience la réplique miniature d'une fête foraine. Aujourd'hui, à bientôt 82 ans, il voudrait trouver un endroit où exposer ses réalisations et les rendre accessibles aux générations futures. Une perspective qui soulagerait ce Jauchois et son épouse pour lesquels l'idée de voir la collection démantelée ou anéantie est insoutenable. Il est vrai qu'il serait dommage de perdre un tel témoignage du temps passé.

Il faut dire que partager la passion de Joseph Dekaize en découvrant «sa» fête foraine, c'est retrouver une âme d'enfant, s'émerveiller devant la magie de ces attractions qui s'illuminent, s'animent et qui, toutes, sans exceptions, sont réalisées avec des objets de récupération, qu'il s'agisse de moteurs d'essuie-glaces, de roues de vélos, de Playmobils ou de figurines Fisher Price...

Avec une infinie patience et beaucoup d'amour, Joseph Dekaize a su redonner vie à une fête foraine semblable à celle qu'il a longtemps vue, gamin, sous les fenêtres de la maison de son enfance. Une enfance passée sur la Grand-Place à Jodoigne et qui a, à jamais, marqué l'imaginaire de Joseph Dekaize. L'intérêt du spectacle tient dans le fait que c'est une fête foraine tout entière qui prend vie, avec ses habitants, ses lumières, ses musiques. Un travail de Titan pour une foire de Lilliputiens. Un nombre incalculable d'heures «que je ne peux estimer, parce que, quand on aime, on ne compte pas», sourit Joseph Dekaize.

Malheureusement, les 35 à 40 pièces de la collection sont actuellement entreposées dans la cave de la villa de Joseph et Léa Dekaize. Un espace trop exigu pour pouvoir admirer dans des conditions optimales cette impressionnante collection.

Aujourd'hui, le couple d'octogénaires lance un appel : Joseph et Léa voudraient que la collection reste entière et quelle puisse être accessible à tous, petits et grands, afin que la magie qui a animé son créateur continue de faire briller la petite flamme qui brûle encore dans le coeur de Joseph Dekaize, un Jauchois qui aura toujours l'âme d'un saltimbanque.

 

Article paru dans le journal "La Dernière Heure"

 

Une quinzaine de créateurs d'Orp-Jauche se sont retrouvés ensemble le temps d'une expo

 

NODUWEZ "C'est chouette de voir qu'on a tout ça chez nous !" L'enthousiasme de Jean-Claude Hallet, le président de l'office du tourisme d'Orp-Jauche, n'était pas feint vendredi soir à la ferme du Renard.

C'est que l'antre accueillait pour le week-end une quinzaine d'artistes, tous issus de l'entité, hormis un voisin de Hélécine. Des créateurs de styles divers (BD, sculpture, peinture, enduits,...) recrutés par l'office du tourisme orp-jauchois.

"Nous disposions d'une liste de contacts à laquelle nous avons ajouté un appel public sur le site web de la commune", précise Carine Vanderweyen, la secrétaire. "Le bouche à oreille a ensuite fait que d'autres candidats se sont manifestés. Et voilà le résultat."

De quoi joliment garnir les installations de la ferme du Renard où, en plus de l'objectif de faire connaître l'endroit dévoué aux séminaires et mariages, l'idée était de s'ouvrir aux habitants d'Orp-Jauche.

"Tant qu'à faire, nous avons pensé qu'il y aurait moyen d'ajouter une dimension culturelle et avons demandé la collaboration de l'office du tourisme, qui a fait preuve d'un incroyable dynamisme", explique Brigitte Willemyns. "De fil en aiguille, le programme du week-end s'est enrichi par les participations d'un traiteur, d'une confrérie et de groupes de musique."

Sans oublier plusieurs écoles de l'entité, dont celle de Folx-les-Caves, qui a notamment reçu la visite de Pascal Joannes, un photographe qui a mis en scène les enfants tantôt comme Robert Doisneau, tantôt à la façon d'Uwe Ommer, deux photographes de renommée internationale. Le tout pour des résultats très intéressants. À l'instar des animaux de papier mâché réalisés l'an dernier avec des pensionnaires du centre de Hemptinne.

Quant aux principaux intéressés, ils étaient évidemment ravis d'être là. "Ce genre d'événement, c'est assez chouette", avoue Bénédicte Lahaye, céramiste jauchoise. "C'est la première fois que la commune vient chercher ses artistes. Sinon, les occasions d'exposer, de montrer son travail, et pas forcément de le vendre, sont rares. Alors, quand ça se passe tout près de chez soi, c'est vraiment super."

Geoffroy Herens

Créations diverses et artistes orp-jauchois se sont retrouvés le temps d'un week-end dans la ferme du Renard, au centre de Noduwez. (G. H.)

 

 

15:59 Écrit par Jean PIRSOUL dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

18/02/2008

Orp-Jauche

Article extrait du journal "La Dernière Heure".

 

Le CPAS d'Orp-Jauche accueille désormais une permanence juridique gratuite

 

ORP-JAUCHE "Nous ne disposons pas de statistiques mais il est clair que les gens ont un grand besoin de ce service."

Dans l'esprit de Catherine Latiers, la présidente du CPAS d'Orp-Jauche, l'ouverture d'une permanence juridique se justifie d'elle-même. Parce qu'il y a une demande. Et car les conseils qu'elle rendra risquent de profiter à pas mal de monde.

"Attention à ne pas s'imaginer que l'on pourra y trouver quelqu'un pour assurer sa défense", précise d'emblée Catherine Latiers.

"L'avocat que nous envoie chaque semaine le barreau de Nivelles ne prendra pas de dossiers en charge. Sa mission est tout autre : débroussailler, renseigner, orienter les personnes en manque d'informations et en passe de se perdre dans le dédale juridique qui réglemente toujours davantage nos existences."

Concrètement, tout qui se pose des questions, veut un éclairage sur la suppression de ses allocations de chômage, a un problème avec une voisine qui la harcèle, cherche des renseignements sur une procédure de divorce, se retrouve dans une situation où la justice est la seule échappatoire... est concerné par cette permanence qui a démarré début janvier.

Le tout gratuitement, puisque c'est le CPAS qui prend tous les frais en charge. À noter que la facture permet en même temps aux assistants sociaux de bénéficier de formations net d'être tenus au courant des dernières évolutions en date dans les matières qu'ils traitent quotidiennement.

Concrètement, tous les mardis de 17 h à 19 h, le Centre public d'action sociale d'Orp-Jauche est accessible à toute personne désireuse d'obtenir un renseignement en matière juridique.

Pas question de critères sociaux, financiers... ou même d'être déjà inscrit au CPAS.

G. H.

 

 

13:40 Écrit par Jean PIRSOUL dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

15/02/2008

Orp-Jauche

Article paru dans le journal "La Dernière Heure".

La commune vient de rendre un rapport favorable au projet

 

JAUCHE Ce n'est probablement plus qu'une question de semaines : le projet de lotissement de la rue du Cimetière, à Jauche, devrait bientôt recevoir le permis nécessaire à sa concrétisation.

Tout dépendra de l'avis du fonctionnaire-délégué de la Région wallonne car, du côté de la commune d'Orp-Jauche, l'opinion du collège est favorable, comme le montre le rapport technique qui vient d'être rendu.

"À partir du moment où le lotisseur a tenu compte des remarques que nous lui avions formulées en fonction des critiques des riverains, nous n'avions plus de raison de nous opposer à sa demande de permis", explique le bourgmestre, Hugues Ghenne. "Vraisemblablement, l'urbanisme devrait aller dans le même sens. Il ne s'agira alors plus au collège qu'à délivrer réellement la fameuse autorisation. Ce qui pourrait être fait dans le mois."

Concrètement, Il s'agira désormais de 15 (et non plus 20) habitations à construire de l'autre côté de la rue du Cimetière. La plupart de ces maisons seront groupées autour d'une nouvelle voirie tandis que trois ou quatre se trouveront se trouveront à front de rue, mais dans le bas de celle-ci.

Plus question, donc, de détruire le fameux talus tant chéri par les riverains. Et si quelques arbres doivent logiquement être arrachés, d'autres seront replantés ça et là. Soit d'importantes adaptations après le refus communal suite à la première demande de permis, qui avait suscité une levée de boucliers des voisins il y a maintenant quelques mois.

"Des prescriptions complémentaires ont également été rencontrées", précise le mayeur. "Comme l'obligation pour le lotisseur de prévoir des groupes hydrophores et des citernes d'eau de pluie ou celle de laisser la possibilité aux futurs acheteurs de placer des panneaux solaires et/ou photovoltaïques."

G. H.

 

 

13:47 Écrit par Jean PIRSOUL dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

14/02/2008

Orp-Jauche

La Police nous informe:

 

"Les samedi 2 et dimanche 3 février 2008, la Zone de Police de Jodoigne a procédé à des contrôles de vitesse aux endroits suivants :

 

Jauche, rue de Frambais en direction d’Orp,      67 véhicules contrôlés – 2 « flashés » (vitesse maximum constatée 76 km/hr)

 

Noduwez, rue de Tirlemont en direction de la E40, 40 véhicules contrôlés – 0 « flashé »

 

Ramillies, rue de la Frête en direction de Jauche, 52 véhicules contrôlés – 10 « flashés » (vitesse maximum constatée 89 km/hr)

 

Grand-Rosière, chaussée de Namur en direction d’Eghezée, 106 véhicules contrôlés – 4 « flashés » (vitesse maximum constatée 109 km/hr)

Perwez, avenue Wilmart en direction de Wavre, 113 véhicules contrôlés – 2 « flashés » - (vitesse maximum constatée 88 km/hr)

 

Sur 378 véhicules qui sont passés devant le radar, 18 ont étés flashés (4,8 %).

06:06 Écrit par Jean PIRSOUL dans Flash Infos | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

11/02/2008

Orp-Jauche

Article extrait du journal "La Dernière Heure"

 

Le Jeune Théâtre d'Appoint interprète Kids dès vendredi à Jauche

 

JAUCHE Josip, Stipan, Bosko, Revka, Nada... Avec de tels prénoms, le public ne met guère de temps à comprendre que Kids, de Fabrice Melquiot, le nouveau spectacle du Jeune théâtre d'Appoint, le plonge dans un univers guère réjouissant : celui de Sarajevo à la fin des hostilités qui ont fait l'actualité de la ville bosniaque durant les années 1990.

Une ambiance plutôt glauque, une réalité morbide et, au milieu, dix ados seuls au monde. Dix victimes indirectes d'une guerre qu'ils n'ont jamais demandée. "Kids, c'est un hommage aux orphelins qui ont vécu ce conflit", explique Fabrice Piazza, le metteur en scène (déjà à l'oeuvre pour Le songe d'une nuit d'été et, avec les adultes, la troublante Visite de la vieille dame). "Pourquoi je l'ai choisie ? Point de vue pratique, c'est rare de tomber sur une pièce créée spécialement pour des jeunes et en leur honneur. Et puis, j'avais envie d'une écriture contemporaine, avec des gros mots mais aussi beaucoup de poésie, qui bouscule les habitudes du public. Globalement, ce sera une claque dans la figure des spectateurs. Même s'il y a des passages où l'on sourit, où l'on rigole..."

Un avis corroboré par Manon Frémineur, une des "anciennes" d'un groupe qui jouera cette fois dans des décors limités afin de ne pas empiéter sur des répliques qui se suffisent à elles-mêmes. "C'est drôle par moments, avoue-t-elle. Mais sur le fond, le sujet est assez grave. Quant au texte, il est très bien écrit. C'est une vraie leçon d'humanisme. Espérons que venir voir cette pièce aidera les gens à changer, à se dire que ce qui s'est passé en ex-Yougoslavie, ce n'était pas si loin que ça de chez nous, qu'ils réfléchiront un peu et se rendront compte qu'on a souvent tendance à se plaindre alors qu'il y a des choses bien plus graves qui se passent ailleurs... Et pas si loin que ça."

Geoffroy HerensDu 15 février au 1er mars à la salle des Variétés de Jauche. Réservations : 019.51.10.38.

Dix comédiens ? Non : dix ados orphelins qui pansent leurs plaies à Sarajevo au lendemain de la guerre. (G. H.)

 

15:54 Écrit par Jean PIRSOUL dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

01/02/2008

Orp-Jauche

ORDRE DU JOUR DU 29 JANVIER 2008.

 

Secrétariat :

 

1.1.      Application du droit à interpellation du public;

 

            Lors de la dernière séance du conseil communal, Monsieur Morandin d'Orp avait proposé une modification du Règlement d'ordre intérieur qui permettrait au public d'interpeller sur un point repris à l'ordre du jour du conseil communal. 

 

            Sa demande a été refusée par Hugues Ghenne qui propose aux habitants d'intervenir via leurs représentants.

 

1.2.      Approbation du procès-verbal de la dernière séance ;

 

                        Ce point est accepté à l'unanimité.

 

1.3.      Approbation de la nouvelle convention de partenariat avec la Maison de l’Emploi ;

 

                        Ce point est accepté à l'unanimité.

 

1.4.      Avis sur le montant de la redevance 2006 pour le service incendie ;

 

            La minorité tient d'abord à insister sur l'excellent service rendu par le Corps de pompiers de Jodoigne dont elle veut louer une fois encore le grand professionnalisme. 

 

            La redevance pour 2006 s'élève à 163.433,37 euros.

 

            Comme les années antérieures, elle ne peut que marquer son désaccord sur le calcul de la redevance pour la protection contre l'incendie.  Il porte sur trois éléments essentiels: les disparités importantes des interventions entre les communes; l'énorme différence entre la gestion d'un centre par rapport à la gestion d'un autre; une solidarité exigée dans la répartition des coûts mais pas dans la fourniture des services.

 

            Approuver de telles injustices, dans la répartition des coûts, n'aurait vraiment aucun sens.

 

            Le coût des services de pompiers de toutes les unités du Brabant wallon est redistribué entre tous les habitants du Brabant wallon mais il existe des disparités énormes entre les communes et tout particulièrement entre les neuf communes qui dépendent des services de Wavre et les autres communes.  A titre d'exemple, les habitants de la commune de Rixensart paient par an et par habitant la moitié de ce que nous payons.  Terrible injustice.

 

            D'autre part, le calcul de la redevance forfaitaire annuelle d'Orp-Jauche tient compte des dépenses effectuées à Braine-l'Alleud, Nivelles, Tubize et Jodoigne sans que nous ne puissions intervenir pour contester certaines dépenses jugées excessives.  Braine-l'Alleud, par exemple, n'hésitera pas à engager des pompiers professionnels au lieu de pompiers volontaires, puisqu'il adressera la facture aux autres communes comme la nôtre.  L'avenir nous réserve un nombre de pompiers professionnels toujours plus important et donc des dépenses à charge du budget communal en augmentation sans que nous puissions nous opposer à la moindre dépense.  D'où l'énorme différence entre la gestion du centre de Wavre et celle des autres centres.  2° injustice.

 

            Pire, parce qu'on veut une solidarité entre les Brabançons wallons, on mutualise les coûts mais pas les services.  La lutte contre l'incendie représente une faible proportion des missions des services d'incendie.  Les 2/3 des dépenses du service des pompiers proviennent de l'aide médicale urgente dont nous ne pouvons bénéficier.  Nous devons payer en silence les services d'ambulance notamment de Braine-l'Alleud, Nivelles, Tubize et nous n'avons pas ces services; cela s'appelle la solidarité.

 

            Conclusion: comme les années antérieures, nous ne pouvons accepter la répartition qui nous est proposée, nous souhaitons la révision d'urgence du mode de répartition et d'ici là, nous exigeons toujours une responsabilisation des décideurs et que les dépenses de ces services soient limitées à 2% d'augmentation par an.

 

1.5.      Convocation à l’assemblée générale de l’ISBW le 20 février 2008 ;

 

                        Ce point est accepté à l'unanimité.

 

1.6.      Désignation des représentants de la minorité au sein de l'A.E.M. de la SCRL Eugène Malevé.

 

            Héloïse FONTAINE et Gilbert VANNIER représenteront le M.R. au sein de la Résidence Malevé.

 

Travaux :

 

2.1.      Approbation du plan triennal 2007-2008-2009;

 

Année 2008

 

Réfection de la rue Jules Hagnoul

Réfection de la rue Lucien Michotte

Réfection de la rue du Saussoy

Réfection de la Ruelle du Cuvé

Réfection du Sentier des Corrées.

 

Année 2009

 

Amélioration de la rue Sainte-Barbe

Amélioration de la rue Pierre Renard

Carrefour rue d'Orp & amélioration rue Landeut

Descente de la rue d'Enfer à Enines

Réfection de la rue des Cortils

 

            Le plan triennal 2007-2008-2009 permet de demander 60 % de subsides pour les travaux de voirie.

 

            Il est rentré avec 1 an de retard. 

 

            Aucune réfection de voirie n'a été réalisée en 2007 si ce n'est l'exécution du plan triennal déposé sous l'ancienne législature.

 

            D'accord pour les propositions qui nous sont faites mais d'autres voiries sont en très mauvais état et méritent une intervention dans le cadre du plan triennal.

 

Par exemples:

 

- Les trottoirs rue de la Vallée ainsi que les barrières le long de la Ghète.

- Le revêtement de la chaussée dans la rue de la Vallée (côté funérarium)

- L'aménagement des abords de la Ghète  dans la rue Mélard à Jauche et la rue Henri Grenier à Orp.

- Le revêtement de la chaussée à la Chavée d'Enines.

-  La rue Pierre Renard

-  La rue de Gollard vers Marilles

-  La rue Smeers à Noduwez

             

            Henri Bauwin accepte la proposition de la minorité de tenir compte de l'étude réalisée il y a plusieurs années par Monsieur Rahir pour l'aménagement de la rue Jules Hagnoul.

 

            Les réfections des voiries reprises ci-dessous seront réalisées dans le cadre du "marché stock".

 

2.2.      Marché de service pour la désignation d’un auteur de projet chargé du plan triennal 2007-2009 : décision de principe, choix du mode de passation du marché et Approbation du cahier spécial des charges ;

 

                        Ce point est accepté à l'unanimité.

 

2.3.      Marché de service pour la désignation d’un coordinateur sécurité-santé pour les projets du plan triennal 2007-2009 : décision de principe, choix du mode de passation de marché et approbation du cahier spécial des charges ;

 

                        Ce point est accepté à l'unanimité.

 

2.4.      Ratification de la convention pour mise à disposition d’un terrain en faveur d’une Ecole cynophile ;

 

                        Ce point est accepté à l'unanimité.

 

2.5.      Décision de confier au Comité de gestion des habitations à loyers modérés la gestion d’une partie de maison avenue Gossia à Jauche ;

 

                        Ce point est accepté à l'unanimité.

 

2.6.      Approbation du plan d’aménagement d’emplacements de parcage en voirie dans le cadre d’une demande de permis d’urbanisme ;

 

                        Ce point est reporté à la demande de la majorité.

 

2.7.      Avis sur le projet de construction d’un collecteur d’assainissement de la Petite Gette Lot 1 à Orp-le-Grand et du collecteur de la Baclaine à Lincent ;

 

                        Ce point est reporté à la demande de la majorité.

 

2.8.      Approbation du tracé d’une voirie dans un lotissement rue du Cimetière à Jauche ;

 

                        Ce point est accepté à l'unanimité.

 

2.9.      Marché de service pour la désignation d’un bureau d’études chargé de réaliser l’audit énergétique de l’école communale de Jauche ;

 

                        Ce point est accepté à l'unanimité.

 

2.10.     Marché pour les études préalables à la démolition de la 2ième phase du SAED Gervais-Danone ;

 

                        Ce point est accepté à l'unanimité.

                                                

Comptabilité :

 

3.1.      Rapport annuel sur la situation des affaires de la commune ;

 

                        Ce point est accepté à l'unanimité.

 

3.2.      Approbation du budget et des taxes pour l’exercice 2008 ;

 

            La majorité a décidé d'augmenter les additionnels au précompte immobilier de 400 centimes additionnels en passant de 1900 à 2300 soit 20 % d'augmentation.  Ce n'est pas rien.  D'autant, que l'an dernier déjà, 2 taxes avaient augmenté.

 

Deux questions se posent: est-ce si important ?  Est-il possible de faire autrement ?

 

C'est important:

 

1.  Tout d'abord, parce que ce n'est pas respecté la promesse faite à l'électeur de ne pas augmenter les taxes.  Quand on promet, on respecte sa parole.

 

2.  Parce que quand on a 100 euros dans sa poche, on n'en dépense pas 120 en allant en chercher 20 dans la poche du voisin sous prétexte de l'augmentation du prix du mazout, de l'électricité … car le voisin aussi subit ces augmentations.  Bravo aux gestionnaires du C.P.A.S., de la Police et du Service Incendie qui, malgré la hausse des prix, parviennent à maintenir leurs finances sous contrôle.

 

3.  Parce que cette taxe est injuste.  C'est une taxe sur le capital.  Elle frappe le plus durement le petit pensionné qui a travaillé toute sa vie pour pouvoir être propriétaire de sa maison.

 

4.  Les chiffres de l'inflation ont doublé en quelques mois passant à 3,5 %. Le pouvoir d'achat diminue.  Les petites gens ont beaucoup de mal à boucler leur budget.  Augmenter le précompte immobilier, c'est aggraver la situation en ignorant les réalités du terrain

 

5.  Le Gouvernement a promis d'augmenter les petites pensions.  Les petits pensionnés ne verront pas la couleur de cette augmentation.  Ce qui leur aura été octroyé d'une main sera confisqué par la Commune.

 

6.  Les Travailleurs bénéficieront d'un saut d'index de 2 % compensant la hausse des prix.  Il sera aussitôt confisqué par la Commune.

 

7.  Le Ministre Reynders se bat depuis 8 ans pour diminuer les charges fiscales.  Chacun voit la différence dans sa note des Contributions.  Ce qu'il donne d'une main sera confisqué par la Commune.

 

            Bien sûr, on vous dira c'est la faute au Fédéral, à Reynders, à la Région, à l'Europe, à l'électricité à la Police au Service Incendie, à Pirsoul, à je ne sais qui d'autre encore.  En réalité, à la commune, c'est comme si dans un ménage, les parents déposaient leurs salaires sur la table en début de mois et que tous les membres de la famille pourraient se servir sans aucun contrôle. 

 

Critiquer c'est facile.  Est-il possible de faire autrement ?

 

            Pendant 12 ans, nous avons prouvé qu'il était possible de gérer prudemment, sans augmenter l'impôt, en utilisant au mieux l'argent de la commune.  

 

1.         Il faut déjà savoir que, sans l'augmentation de taxes, les recettes prévues en 2008 sont de 585.000 euros supérieures à celles de 2007.  Et ce n'est pas encore suffisant !

 

2.         Rien que l'Impôt Personnes Physiques rapporte 91.000 euros en plus que l'an dernier.  Et ce n'est pas encore suffisant !

 

3.         Le Précompte immobilier aurait rapporté 49.140 euros sans l'augmentation des taxes en plus que l'an dernier.  Et ce n'est pas encore suffisant !

 

4.         Les nouvelles augmentations des taxes devraient rapporter en plus 192.000 euros pour le précompte immobilier et 29.000 euros pour l'augmentation de la taxe sur les déchets ménagers.

 

            Comment trouver cet argent sans augmenter les taxes ?

 

1.         Tenir compte de l'augmentation du Fonds des Communes due à l'augmentation de la population d'Orp-Jauche.  Le reclassement de la commune dans la catégorie supérieure ayant été accepté, l'argent reçu de la Région dans le cadre du Fonds des Communes va augmenter.  Ce n'est pas prévu;  1° réserve cachée.

 

            Lors d'une prochaine modification budgétaire, on tiendra compte de cette augmentation mais on ne remboursera pas les additionnels pris aux citoyens.

 

2.         Ce qui tue, c'est l'augmentation des charges de personnel.  Elles augmentent de 495.000 euros par rapport à l'an dernier.  On va recruter:

 

Un conseiller en énergie;

 

Un rédacteur pour le service urbanisme dans le cadre du Comité consultatif d'aménagement du territoire et de la mobilité;

 

Un juriste comme chef administratif;

 

Un agent A.D.L.;

 

Une personne pour le guichet égalité des chances;

 

Un Gardien de la Paix.

 

Six Gardiennes extrascolaires à mi-temps.

 

Où va-t-on les installer ?  Il leur faudra bureau, ordinateur, …

 

Tenir compte que les examens de recrutement de tout ce beau monde ne seront pas terminés pour le 1° juillet et on économise la moitié des traitements; 2° réserve cachée.

 

3.         Ce qui tue c'est l'augmentation des emprunts à charge de la commune prévus en 2008: 1.074.000 euros ce qui représente en intérêts et amortissements 31.000 euros.   Or, chacun sait que la nouvelle salle des mariages ne sera pas terminée en 2008 (580.000 euros); le parc des matériaux ne sera pas terminée en 2008 (153.000 euros); les travaux du plan triennal ne seront pas terminés en 2008; l'aménagement du réseau des voies lentes (516.000 euros) ne sera pas terminé en 2008 etc etc.; 3° réserve cachée.

 

            Lors de la prochaine modification budgétaire, on diminuera ces intérêts et amortissements inutiles mais on ne remboursera pas les additionnels pris aux citoyens.

 

4.         Ce qui tue c'est l'augmentation des subsides aux Fabriques d'Eglise !  Personne ne contrôle plus rien.  Alors que chez certains, les subsides demandés à la Commune sont inférieurs à ceux de 2005, dans d'autres Fabriques d'Eglises les augmentations sont pour l'une de 138 %, pour une autre on passe de 300 euros à 6.573 euros !!!  L'augmentation moyenne est de 40 % (!!!) en 2 ans.

 

            Les budgets ont été retirés de l'ordre du jour.  L'Echevin des Finances, qui sera accompagné d'un représentant de l'Evêché, réunira, début février, en urgence, les responsables des Fabriques d'Eglise pour arrêter l'hémorragie.

 

Mais le Pire est à venir.

 

            Le pire est que nous pouvons déjà prédire, que cette augmentation des taxes ne sera pas la dernière de cette législature. 

 

            En effet, malgré ces augmentations, rien n'est prévu au budget quant aux promesses faites tous azimuts depuis 1 an.

 

1.         Concernant les 10.000 arbres par an promis par Ecolo, rien n'est prévu.

 

2.         Concernant la production d'énergies alternatives, rien n'est prévu.

 

3.         Concernant  le parking jouxtant la Maison de l'Entité, rien n'est prévu.

 

4.         Concernant le ramassage des gros encombrants, rien n'est prévu.

 

3.         Concernant la démolition annoncée de l'Eglise d'Orp-le-Petit, rien n'est prévu.

 

4.         Concernant l'achat au M.E.T. de la maison rue Bdier L. Mélard, rien n'est prévu.

 

5.         Concernant l'augmentation annoncée de la facture d'éclairage public, rien n'est prévu.

 

6.         Concernant l'augmentation de la capacité de places en crèche, rien n'est prévu.

 

7.         Pour honorer les promesses faites par Hugues Ghenne dans le journal Vers l'Avenir, je cite: "en 2008, de nouveaux bâtiments scolaires doivent être construits à Folx-les-Caves, Marilles, Orp et Jandrain" rien n'est prévu.

 

            Enfin, ce qui n'est pas bien c'est de restreindre la possibilité offerte aux enfants du personnel de trouver une occupation d'étudiants jobistes chez leur employeur comme cela se fait partout.

 

3.3.      Escompte de subvention pour les travaux à la rue du Tumulus ;

 

                        Ce point est accepté à l'unanimité.

 

3.4.      Fixation de la quote-part communale dans le coût de la mise en place de la signalisation touristique ;

 

                        Ce point est accepté à l'unanimité.

 

3.5.      Octroi d’un subside extraordinaire (avance) à l’asbl « Réinsertion » ;

 

                        Ce point est accepté à l'unanimité.

 

3.6.      Vote de 2/12ièmes provisoires du budget 2008 ;

 

                        Ce point est accepté à l'unanimité.

 

3.7.      Caution solidaire pour remboursement d’un escompte de subvention de la SCRL Eugène Malevé ;                        

 

                        Ce point est accepté à l'unanimité.

                   

Fabriques d’église :

 

4.1.      Avis sur les modifications budgétaires suivantes :

 

            Ce point est reporté pour analyse approfondie.  Sont approuvées, de guerre lasse, les modifications budgétaires de 2006 (!!!).

 

4.2.      Avis sur les budgets suivants :

 

            Ce point est reporté pour analyse approfondie

 

C.P.A.S.:

 

5.1.      Approbation des modifications budgétaires n° 1 pour 2007, sans modification de l’intervention communale ;

 

                        Ce point est accepté à l'unanimité.

 

 

HUIS CLOS.

 

Enseignement :

 

6.1.      Ratification de la désignation d’enseignant(e)s temporaires ;

6.2.      Ratification du renouvellement de la convention cadre avec la Province du Brabant wallon pour l’agrément des services de promotion de la santé à l’école ;

 

Personnel :

 

7.1.      Ratification du licenciement pour cas de force majeure d’une puéricultrice APE;

7.2.      Désignation d’une puéricultrice APE pour La Grenouillère ;

7.3.      Ratification de l’octroi d’une interruption de carrière à un agent contractuel subventionné APE pour 1 an ;

7.4.      Désignation d’un agent APE sous CDI pour le remplacement d’un agent APE en interruption de carrière ;

7.5.      Ratification de la démission d’un agent temporaire ;

7.6.      Ratification de la désignation d’une technicienne de surface sous contrat de travail ;

7.7.      Désignation d’un agent temporaire dans le cadre d’un contrat de remplacement d’un agent durant son congé de maternité ;

7.8.      Désignations d’agents APE à temps partiel pour les garderies extra scolaires.

7.9.      Désignation d'un Gardien de la Paix.

 

14:00 Écrit par Jean PIRSOUL dans Au conseil communal | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Orp-Jauche

Article Extrait du journal "La Dernière Heure"

La résidence Malevé trouve des solutions pour améliorer sa situation

MARET Mai 2004. La résidence Malevé, à Maret (Orp-Jauche), étrennait ses nouvelles installations, passant de 20 à 60 lits après quatre ans d'importants travaux d'aménagement. Trois et demi plus tard, les conséquences de cet investissement restent d'actualité.

"La Résidence doit rembourser trois millions d'euros d'emprunts", concède d'emblée Alain Gossia, président du conseil d'administration depuis août 2007 et la transformation grâce au chapitre XII de la loi organique sur les CPAS de l'Intercommunale des oeuvres sociales Eugène Malevé (IOSEM) en association Eugène Malevé. "Si la gestion journalière est en positif, il nous reste les charges du passé, lourdes à supporter. En fait, il aurait été nettement moins cher de faire du neuf plutôt que de construire en fonction des anciens bâtiments. Maintenant, nous devons vivre avec..."

Mais, apparemment, pas de quoi craindre de devoir mettre la clef sous le paillasson. Selon Alain Gossia, les signes encourageants existent... et se concrétiseront prochainement pour certains. À commencer par l'obtention de 30 lits MRS (maison de repos et de soins) qui remplaceront la moitié des 60 lits MR qui sont tous occupés pour l'instant. Soit des recettes qui augmenteraient via les subsides de l'Inami.

"Ce n'est plus qu'une question de formalités administratives pour que ces places promises par l'ex-ministre régional Paul Magnette deviennent réalité", prévient le président, qui pense aussi à ajouter huit lits dans une des ailes. "Ce ne sera pas pour demain. Mais nous avons des raisons d'espérer. Le dossier sera d'ailleurs introduit pour fin mars au plus tard."

Enfin, à plus long terme, d'autres pistes existent. Un centre de jour ? Vraisemblablement pas, vu le coût de ce genre d'offre. Une résidence-service, alors ? Idéalement, oui.

Reste à trouver les fonds. Un partenariat public-privé ne serait alors pas à exclure. Au contraire de la vente des terres appartenant encore à l'association qui gère la résidence, des terres qui, au fur et à mesure des années, ne cessent de prendre de la valeur. "L'Intercommunale a déjà beaucoup vendu dans le passé", estime Alain Gossia. "Jusqu'à nouvel ordre, c'est terminé."

Geoffroy Herens

 

13:53 Écrit par Jean PIRSOUL dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |