19/03/2008

Orp-Jauche

Article paru dans le journal Vers l'Avenir
 

Les nouveaux Orpois visitent l'entité

Cinquante nouveaux Orpois ont répondu dimanche à l'invitation de la commune. Ils ont découvert ensemble les coins et recoins de leur nouveau cadre de vie.

 

Le ciel gris dominical ne les a pas effrayés . Ni l'heure du rendez-vous. À 8 h 15, les nouveaux habitants étaient en effet conviés à un petit-déjeuner en la salle du conseil d'Orp-le-Grand. Un bon moyen de faire connaissance avec leur bourgmestre, Hugues Ghenne, et de sympathiser entre eux. Durant toute la matinée, ils ont parcouru en autocar villages et hameaux, s'arrêtant ici et là pour visiter les hauts lieux de la commune : l'église décanale d'Orp-le-Grand, les grottes de Folx-les-Caves et le musée du Corps de cavalerie français de Jandrain. Partout des guides passionnés les attendaient : Pierre Genotte à Orp, Maurice Racourt aux grottes et Robert Van Dorpe au musée.

«Nous accueillons quelque 300 nouveaux habitants par an, commente le bourgmestre Ghenne. Ils viennent de partout : un tiers de Flamands, des Bruxellois, des Carolos et même, cette année, un couple de Guadeloupéens.»

Ce qu'ils viennent chercher à Orp-Jauche ? Beaucoup de choses ! Reste que leurs motivations divergent. Certains d'entre eux, arrivés courant 2007, ont déjà pu dresser un premier bilan. Dans lequel le pour l'emporte nettement sur le contre.

«Notre petit trio familial vient de s'installer à Nodrenge, un minuscule hameau, raconte Geneviève Hendrix. Ici, la ruralité a encore un sens. Surtout quand on a habité comme moi durant des années à Louvain-la-Neuve et Ophain. En fait, je suis un peu une nostalgique de Jandrain, où j'avais vécu dans les années 1990. Alors, je suis revenue au pays.»

D'autres, comme les Prevot-Cuypers, ont opté pour Orp par consensus. «C'est bien simple, explique Éric Prevot, mon épouse Anne est Flamande. Moi, Liégeois. Je travaille à Liège et mon épouse à Bruxelles. Dans ces cas-là, question navette, on coupe la poire en deux. Nous avons donc choisi Orp. Mais je vous avoue aussi que les terrains, à Bruxelles, quand on veut construire, sont devenus impayables. Ce qui n'est pas encore le cas dans certaines communes du Brabant wallon.»

Les Dehon-Ysebrant ont fini, après deux ans de recherche, par s'installer à Jauche en novembre 2007. «Mon mari et moi sommes ravis, commente Cathy Ysebrant. Le milieu rural, la nature, la gentillesse des Orpois, tout cela nous a séduits. Un double bémol : les transports en commun et l'accueil de la petite enfance. Heureusement, en septembre, notre fille entrera en maternelle à l'école communale de Jauche, et tout deviendra plus facile.»

Marc WELSCH

 

17:22 Écrit par Jean PIRSOUL dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

Félicitation au Bourgmestre et à son équipe pour la qualité du travail réalisé !

Ils tiennent parole : les chemins sont refaits, la commune est plus propres,...

Ils osent prendre des décisions impopulaires mais importantes : sécurité dans les salles, fermeture de voirie,...

Ils travaillent pour la mobilité : chemins verts,...

Ils osent le commerce : projet Bigmat (OKAY? DELHAIZE...).

Merci pour cette puissance d'action digne d'un groupe d'entreprenneurs.

MERCI MERCI ! Il était - 1 !

Écrit par : Jean-François | 26/03/2008

Un travail important pour nous et les enfants Je suis content ma femme aussi.

En venant vivre a Orp on a touty d'une pettite ville.

C'est bien il va y avpoir des magasin.

On a un bon bougemestre

Écrit par : Franck | 26/03/2008

Accueil pour nos enfants très très positif ! En tant que maman, je suis heureuse d'avoir découvert dans ma commune d'adoption une politique de garde des enfants pendant les vacances.

Le travail est bien fait et les accueillantes compétentes.

Je tiens par ce site à les remercier.

J'espère que cette prise en compte des gens se continuera.

A nos mandataires et Bougrmestre, merci beaucoup !

Écrit par : Chantal | 28/03/2008

Les commentaires sont fermés.