28/06/2008

Orp-Jauche

Article paru dans le journal "Vers l'avenir" (28.06.2008)

 

Un aulne pour lancer «Arbriculation»

 

La fédération brabançonne du PS a planté un arbre symbolique à côté de la salle communale de Marilles.

 

«Arbriculez-vous ?» Arbri... quoi ? Le néologisme a fait jaser. Pire : l'échevin Pierre Sondag (Écolo) s'est fâché. Mais, au fait, de quoi s'agit-il ? «Dans un premier temps, rapporte Geoffrey Fadeur (PS), conseiller communal suppléant, le député André Flahaut a pris contact avec moi pour concrétiser une idée. Celle qui consiste à être plus attentif à la nature et de planter un arbre dans sa commune à chaque immatriculation de voiture.»

Une idée simple, finalement. Mais qui était assortie d'un slogan qui n'a pas plu à Pierre Sondag. Ce slogan, c'était Je plante un arbre et ma voiture respire. Et Sondag d'ajouter : «Il aurait tout aussi bien pu dire : Je sauve un arbre, je mange un castor.»

Conclusion de l'échevin Écolo : Des arbres à Orp-Jauche, oui, pas d'arbriconnerie ! Et d'expliquer que le collège des bourgmestre et échevins a programmé la plantation de 13 000 nouveaux plants à partir de l'automne prochain. Entendez : sans demander quoi que ce soit à André Flahaut.

Hugues Ghenne (PS), le bourgmestre d'Orp-Jauche, un temps désarçonné, partagé entre son Collège (PS, cdH, Écolo) et la fédération de son parti, bref entre le marteau et l'enclume, a finalement pris le parti... d'en rire. «La politique communale en matière d'environnement est une chose, la campagne « Solidarité environnement » de mon parti en est une autre. Point.»

Quant à André Flahaut, de nature conciliante, il dit qu'il ne faut pas se tromper d'objectif. «Franchement, cela ne valait pas une fâcherie. Mon slogan était simplement ludique.»

Résultat des courses : le fameux premier arbre de la campagne, un aulne, a été planté en conclusion d'une soirée consacrée aux énergies renouvelables et à la biodiversité. Une soirée suivie par une cinquantaine de personnes. Devant elles, le ministre fédéral du Développement durable, du Climat et de l'Énergie Paul Magnette a relayé à la bêche un André Flahaut débonnaire.

Quant à Geoffroy Fadeur, un brin d'herbe entre les dents, il philosophait : «Toute cette histoire, heureusement, se termine bien. Et puis, elle n'a pas manqué d'humour de la part d'Écolo. Pour ma part, je trouve qu'il est préférable de planter un arbre à chaque immatriculation plutôt que de ne pas en planter du tout.»

Marc WELSCH

23:38 Écrit par Jean PIRSOUL dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.