28/06/2008

Orp-Jauche

Article paru dans le journal "Vers l'Avenir" (28.06.2008)

 

AFFECTATIONS IMMINENTES A FOLX : SITUATION DESAMORCEE?

 

Les enseignantes en zizanie de l'école de Folx-les-Caves connaîtront leur nouvelle affectation dans l'entité dès la semaine prochaine. Enfin.

L'atmosphère était à couper au couteau jeudi soir. Des habitants de l'entité faisaient face au collège des bourgmestre et échevins. Au centre du débat, l'école communale de Folx-les-Caves. Ou plutôt la zizanie qui y règne depuis deux ans. Oui, il est temps de crever l'abcès.

Il est utile de rappeler que le noeud du problème n'est pas l'enseignement, par ailleurs excellent, mais... le personnel enseignant. Dans la salle des mariages de Jandrain, où le conseil communal avait exceptionnellement déménagé, Fabian Nélis attendait une réponse à la question posée le 9 juin dernier (notre édition du 12 juin). À savoir ce que le collège communal compte faire pour débloquer la situation.

À ce sujet, sans prendre parti, force est de constater que les cinq enseignantes ne s'entendent pas entre elles. Au point que deux des leurs sont en congé de maladie pour le moment. Du côté des parents, c'est l'inquiétude. « Entre vingt et trente départs d'enfants sont prévus à la fin de l'année scolaire », avançait Fabian Nélis, qui est le mari d'une des institutrices.

L'échevin de l'Enseignement Pierre Sondag contredit le chiffre avancé. « Notre seul but, continue Sondag, est de ramener la sérénité au sein de l'école. Aucune des enseignantes ne sera sanctionnée, mais des choix seront posés. Et, c'est vrai, il n'y a pas de choix indolore, mais c'est notre devoir d'arbitrer.»

Fabian Nélis demande alors s'il avait fallu qu'il interpelle le collège pour faire bouger les choses. « Non, répond Sondag. Nous y travaillons depuis longtemps. Le problème, c'est qu'il y a un tohu-bohu depuis la création de cette majorité. Il est malsain de mêler de la politique à un problème avant tout humain. »

Fabian Nélis n'est pas d'accord. Pour lui, il fallait agir avant que cette situation ne pourrisse et que deux enseignantes se retrouvent en congé de maladie. Mais Sondag ne veut pas entrer dans des considérations personnelles en citant des noms. Ce que le bourgmestre Hugues Ghenne (PS) approuve : « Le conseil communal n'est pas un lieu de débat avec la population. »

Finalement, Sondag invite les personnes qui se sont déplacées à le rencontrer après le conseil communal. Fabian Nélis et les personnes qui l'accompagnent quittent la séance.

« Il faudra se faire une raison, conclut en aparté le bourgmestre Ghenne. Agir sereinement, sans mêler la politique ou les syndicats à cette querelle de personnes. Car le problème est avant tout humain. Alors, en se concertant, tâchons de le régler humainement.

Mais vous savez, il faut parfois aussi accepter un changement d'affectation à cause du nombre d'enfants dans telle ou telle implantation. Tous, nous tentons de travailler dans l'intérêt des enfants. »

Marc WELSCH

07:18 Écrit par Jean PIRSOUL dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.